Soutenance de Charles-André Mangeney: Phénoménologie de la pratique : essai pour introduire la causalité efficiente en phénoménologie (25 nov. 2023)

 

Chères et chers collègues, 

J’ai le grand plaisir de vous annoncer que je vais soutenir ma thèse intitulée “Phénoménologie de la pratique : essai pour introduire la causalité efficiente en phénoménologie”, thèse dirigée par Renaud Barbaras, à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. 

La soutenance aura lieu à la Sorbonne, le 25 novembre prochain à 14h en salle J.B. DUROSELLE. 

Le jury sera composé de : 

  • M. Renaud BARBARAS – Professeur émérite, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • M. Jocelyn BENOIST – Professeur, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • M. Etienne BIMBENET – Professeur, Université Bordeaux – Montaigne
  • M. Grégori JEAN – Professeur, Université Côte d’Azur
  • M. Karel NOVOTNÝ – Professeur, Université Charles de Prague
  • Mme Claudia SERBAN – Maître de conférences, Université Toulouse – Jean Jaurès

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes toutes et tous chaleureusement conviés.

Bien sincèrement,

Charles-André MANGENEY

 

Résumé de la thèse : 

Ce travail de doctorat se propose d’interroger à nouveaux frais les conditions de possibilité d’une « phénoménologie de l’action ». Car s’il semble aujourd’hui volontiers admis que l’action, l’agir, ou la pratique, entendus uniment comme cette modification réelle du monde pouvant être engendrée ou produite par un comportement subjectif d’un certain type,estsusceptible d’une description phénoménologique (qu’il s’agisse de la « préoccupation » heideggérienne, de la « réalisation d’un projet conscient » chez Sartre etRicœurou du « sens pratique » merleau-pontyen), il n’en reste pas moins que la détermination d’un tel « phénomène de l’action » semble, du point de vue des principes, tout à fait problématique. En effet, la phénoménologie n’a-t-elle pas, historiquement, été amenée à identifier l’apparaître à sa réceptivité, c’est-à-dire précisément à sa dépendance à l’égard d’un déjà-làqu’elle ne peut dévoiler qu’à la condition qu’elle ne puisse aucunement l’engendrer ou même l’altérer ? C’est pourquoi le présent travail s’efforce, dans un premier temps, de montrer que la plupart des grandes tentatives historiques de « phénoménologie de la pratique » se heurtent en réalité à l’incompatibilité eidétique de la productivité de l’agir et de la réceptivité du phénomène, avant de tenter, dans un second temps, de surmonter cette difficulté à l’aide d’une reconfiguration de la notion même d’apparaître grâce à une « phénoménologie matérielle » d’inspiration henryenne pour, enfin, par le truchement de certaines thèses biraniennes et patočkiennes, proposer l’élaboration positive d’une « phénoménologie de la pratique » faisant fond sur les notions de force et d’effort, afin de mettre en lumière un apparaître causalement efficient.

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Fasula (6 novembre 2023). Soutenance de Charles-André Mangeney: Phénoménologie de la pratique : essai pour introduire la causalité efficiente en phénoménologie (25 nov. 2023). EXeCO. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/onhw


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search