Prochaine séance du séminaire Après la représentation: Pauline Nadrigny (25 nov. 2023)

 

Séminaire de recherche 2023-2024 organisé par Jocelyn Benoist

(Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO, IUF)

une fois par mois le samedi de 10h30 à 12h30

Sorbonne, Escalier C, 1er étage, habituellement en Salle Lalande

INSCRIPTION [fermeture des inscriptions 48 heures avant la séance] :  cliquer ici

 

Prochaine séance :  Samedi 25 novembre 2023

Pauline Nadrigny (Paris 1 PhiCo-EXeCO) :

Représentations sonores : réflexions sur l’audio-naturalisme

 

L’audio-naturalisme est une pratique de l’écoute de l’environnement acoustique et de l’enregistrement de terrain (field recording). Il s’apparente à une approche épistémique du son (éco et bio-acoustique) en ce qu’il se concentre sur les sources sonores (identifier les sons et apprendre sur notre environnement et sur la biosphère à travers eux). Mais l’audio-naturalisme se démarque cependant par une approche esthétique, qui se traduit notamment par une pratique de la prise de son, du montage, du mixage et de la composition. Qu’il se reconnaisse dans l’idée de paysage sonore ou s’envisage comme une véritable pratique musicale, l’audio-naturalisme trouve des expressions variées, entre écologie et art sonore. Cette communication étudiera plusieurs exemples de compositions de ce courant pour réfléchir au statut du sonore qu’elles engagent. Parce qu’il est tourné vers la source du son, dans une logique de référence et d’identification, l’audio-naturaliste rompt avec une pratique de l’enregistrement qui en revendique l’autonomie ontologique et phénoménologique. Pour cette raison, on a pu critiquer son approche réductrice du son enregistré et de la perception sonore en général, en ce qu’il retomberait dans une logique de la représentation (Michel Chion). En revenant sur des exemples précis, nous chercherons à nuancer cette critique. Si l’écoute peut nous conduire à former certaines représentations, elle n’en reste pas moins, a fortiori dans le cas de l’enregistrement, étrangère à elle. Pour autant, cette différence ne solde pas la question de ce que l’écoute écoute, et de ce que l’enregistrement enregistre. En assumant d’être en relation avec une forme d’extériorité, l’audio-naturaliste nous invite à reconsidérer le statut de cette relation. La question à laquelle il s’agira de répondre étant la suivante : peut-il envisager ce rapport autrement que sous le chef d’une représentation ?

 

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2023, 7 novembre). Prochaine séance du séminaire Après la représentation: Pauline Nadrigny (25 nov. 2023). EXeCO. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/onhx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search