CHANGEMENT DE SALLE – Prochaine séance du séminaire Après la représentation: Alexis Anne-Braun (25 mai 2024)

 

Séminaire de recherche 2023-2024 organisé par Jocelyn Benoist

(Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO, IUF)

une fois par mois le samedi de 10h30 à 12h30

Sorbonne, Escalier C, 1er étage, habituellement en Salle Lalande

 

Prochaine séance :   Samedi 25 mai 2024  10h30-12h30 – salle 216 (12 place du Panthéon – Paris 5°)

Alexis Anne-Braun (ENS)

“La représentation sans l’imagination :

détection, enregistrement, exemplification”

 

Dans son article « Photography and Representation », Roger Scruton affirme que si la photographie est une représentation, c’est un en sens particulièrement faible et plutôt inintéressant. En tant qu’image produite mécaniquement, une photographie détecte des caractéristiques de l’objet qu’elle représente, indépendamment des croyances de son producteur. Or, selon Scruton, une représentation ne l’est pleinement que si elle parvient à véhiculer des pensées. Cette théorie de la photographie a donné lieu à un certain nombre de caractérisations secondes de l’image photographique : l’image photographique serait transparente, factive, épistémiquement fiable, fictionnellement incompétente, nécessairement réaliste. La conséquence la plus contre-intuitive de l’argument de Scruton est la disqualification de la photographie en tant que forme artistique autonome distincte du théâtre ou de la peinture. Aussi, de nombreux auteurs ont-ils cherché à faire valoir, contre l’argument sceptique de Scruton, la dimension artistique de la photographie. Très souvent, ces auteurs en sont venus à expliquer qu’en dépit de son mode d’engendrement mécanique, l’image photographique parvenait à véhiculer toutes sortes d’intentions représentationnelles, dont on pouvait faire l’expérience esthétique. Ces intentions sont déposées dans l’appareil, dans les différentes formes de cadrage et dans ce que le théoricien français André Bazin plaçait sous le titre de « pédagogie du phénomène ». J’aimerais montrer pourquoi cette ligne de défense risque à son tour de passer à côté de ce qui fait la spécificité de nombreux usages, épistémiques ou non, de la photographie.

Il me semble que nous aurions, au contraire, tout à gagner à penser la photographie en dehors du régime exclusif de la représentation. N’est-ce pas d’ailleurs plutôt cela l’erreur de Scruton : sa cécité à l’égard d’autres usages que représentationnels de l’image ? Là-contre, les nouvelles théories de la photographie qui ont vu le jour depuis une quinzaine d’années dans le champ de l’esthétique anglo-américaine (Patrick Maynard, Dawn Wilson) sont parvenues à restituer la photographie à la diversité de ses usages et de ses fonctions. C’est ce qui fait aussi toute leur force descriptive et explicative. En effet, ce n’est qu’en un sens très particulier qu’une image photographique représente le monde. Une photographie remplit par ailleurs bien d’autres fonctions. Selon les occasions, elle détecte des événements du monde, en enregistre d’autres, exemplifie certaines propriétés de sa prise de vue, reproduit des informations, participe à l’ensemble de nos activités imaginatives. Comprendre comment ces différentes fonctions peuvent se renforcer mutuellement, être corrélées ou décorrélées, suppose d’enquêter sur la réalité du dispositif photographique et sur la réalité matérielle des images qui en résultent. Aussi, cette traversée rapide des théories contemporaines de la photographie que je proposerai, sera à comprendre également comme une tentative modeste de formuler une poétique de l’image photographique.

 

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2024, 18 mai). CHANGEMENT DE SALLE – Prochaine séance du séminaire Après la représentation: Alexis Anne-Braun (25 mai 2024). EXeCO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11not

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search