S. Laugier (dir.), “Husserl et Wittgenstein : de la description de l’expérience à la phénoménologie linguistique”, co-éd. avec J. Benoist (Hildesheim, Olms, 2004)

 

Il est usuel d’opposer Husserl à Wittgenstein. D’un côté il y aurait les évidences muettes de la conscience entendue comme principe de fondation originaire. De l’autre, un monde déjà public, et constitué à travers les jeux de langage. Pourtant, entre ces deux auteurs à la source de toute la philosophie contemporaine, il y a une relation étroite: malgré tout ce qui les sépare, ils partagent le même projet descriptif en philosophie. Que signifie décrire l’expérience? Dans quelle mesure le langage fait-il alors partie ce qui doit être décrit même, ou (en même temps?) des conditions de la description? Ce sont là les questions qu’une équipe de spécialistes internationaux ont essayé de poser ici. Quelle philosophie descriptive pouvons-nous bâtir, après Husserl et Wittgenstein?

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2012, 1 octobre). S. Laugier (dir.), “Husserl et Wittgenstein : de la description de l’expérience à la phénoménologie linguistique”, co-éd. avec J. Benoist (Hildesheim, Olms, 2004). EXeCO. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omtf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search