S. Laugier (dir.), Wittgenstein politique, co-éd. avec M.-A. Lescourret, Cités (2009/2)

 

“L’éthique et la politique ne sont pas, à première vue, des thématiques wittgensteiniennes « standard ». Le philosophe viennois – britannique à partir de 1938 – est surtout réputé philosophe du langage et de l’esprit, si l’on désigne par là un philosophe qui considère, à la suite de Frege, que les problèmes de philosophie sont issus des incertitudes et malentendus induits par notre usage du langage, ou plutôt par l’idée que la philosophie s’en fait. Wittgenstein a certes prononcé une « conférence sur l’éthique », mais dès son premier ouvrage de philosophie, le Tractatus logico-philo- sophicus1, il paraît exclure le domaine éthique de la connaissance philoso- phique : « 6-42. Il n’y a pas de propositions éthiques. » Ces dernières sont des non-sens au sens radical du terme, et ne disent ni n’expriment rien. Mais l’on peut compléter cette affirmation par : « 6-52. Nous sentons que, même si toutes les possibles questions scientifiques ont trouvé leur réponse, nos problèmes de vie n’ont même pas été effleurés. Assurément, il ne subsiste plus alors de question, et cela même constitue la réponse. » La description du monde dont le Tractatus donne la méthode exclut l’éthique, mais, comme Wittgenstein le dit à l’un des éditeurs un temps envisagé de l’ouvrage – Ludwig von Ficker –, la question sous-jacente – quoique jamais explicitée – à ce livre est bien la question éthique, comme réponse à ce que je dois faire dans ce monde que je reçois dès la première proposition, et auquel la logique, et le langage même, limitent mon discours (…)”

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2012, 1 octobre). S. Laugier (dir.), Wittgenstein politique, co-éd. avec M.-A. Lescourret, Cités (2009/2). EXeCO. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omup

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search