S. Laugier (dir.), “Ralph Waldo Emerson : l’autorité du scepticisme”, Revue Française d’Etudes Américaines (2002/1)

 

“Il ne peut être question, en quelques pages, de rendre compte de l’œuvre de Ralph Waldo Emerson, ni des développements récents qui ont conduit à la redécouverte de son œuvre. Nous avons donc choisi de nous limiter à certaines approches philosophiques d’un penseur réputé «inap- prochable » et de chercher par là quelle place pouvait désormais être don- née à Emerson dans la philosophie américaine, ou dans la définition, constamment mouvante et problématique, d’une philosophie américaine. L’enjeu de la redécouverte d’Emerson est bien celui d’une pensée améri- caine en tant que telle, et c’est ainsi que l’a conçue Stanley Cavell, qui a guidé bien des philosophes dans cette voie. L’importance d’Emerson est largement reconnue, et depuis longtemps, sur le plan littéraire, et c’est sa difficile intégration dans le champ philosophique qui nous intéressera ici. Certes, il n’y a guère de sens, avec un auteur comme Emerson, comme avec bien d’autres figures et voix américaines du XIXe siècle, à vouloir séparer le philosophique et le littéraire. La réhabilitation d’Emerson, dans et par la philosophie, soulève donc inévitablement la question d’un oubli ou d’un refoulement (repression, pour reprendre l’expression de Cavell)de cette double dimension de son écriture (…)”

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2012, 1 octobre). S. Laugier (dir.), “Ralph Waldo Emerson : l’autorité du scepticisme”, Revue Française d’Etudes Américaines (2002/1). EXeCO. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/omsx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search