G.-F. Duportail (dir.), « Repenser les structures », Revue de métaphysique et de morale (2005/1)

 

« Un jour, la France de l’après-guerre s’aperçut qu’elle n’était plus le pays de l’entendement, mais celui de la faculté de construire et de déconstruire les structures. Entre les années 1950 et 1970, le structuralisme offrit une série d’œuvres impressionnantes : L’Anthropologie structurale (Claude Lévi- Strauss), Le Degré zéro de l’écriture (Roland Barthes), Les Mots et les Choses (Michel Foucault), Écrits (Jacques Lacan), L’Écriture et la Différence (Jacques Derrida), Différence et Répétition (Gilles Deleuze), Pour Marx (Louis Althus- ser), pour ne citer que celles-ci. Le mouvement structuraliste (pour reprendre l’expression qu’emploie ici même Étienne Balibar) renouait avec des traditions qui toutefois n’avaient rien d’étroitement hexagonales, tant au niveau de la méthode (Bourbaki, Saussure, Jakobson) qu’au plan des justifications philoso- phiques des déplacements qu’il opérait. Comme on le sait, le structuralisme prenait appui sur une lecture d’auteurs de langue allemande (Hegel, Marx, Nietzsche, Freud, Heidegger) (…) »

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search