G.-F. Duportail (dir.), « Subjectivité et langage », Revue de métaphysique et de morale (2000/2)

 

LES JEUX DU SUJET

Dans son Nietzsche, Heidegger définit la mordernite comme un certain
type de rapport au monde dans lequel l’étant humain se pose comme
pouvoir de fondation. Tel est le pouvoir qui définit aussi bien le
sujet au sens où l’etre humain est compris dans ce ontexte comme
sub-jectum, litteralement le « sous-jaçant », le fondement sur lequel
tout repose.

L’installation philosophique de l’homme comme sujet serait ainsi
l’evenement constitutif de la modernite, l’evenement par excellence, ce
qu’aucun fait politique ou social ne saurait eclipser.

Pourtant, il est patent que cette meme modernite n’eut de cesse, de
Hume a Lacan, de contester le role fondateur du sujet, de lui rappeler,
avec insistance, ses limites, tant d’un rappel a la finitude que du
cote des exigences de l’infinite. Pour memoire: la critique empiriste
ouvre le Cogito aux impressions, la critique criticiste denonce
l’illusion qu’est la « chose qui pense », Hegel decrit le devenir Esprit
de la conscience, et cette liste n’est evidemment pas close.

Ainsi, quand nous parlons aujourd’hui du sujet aujourd’hui, nous ne
pouvons evoquer qu’un « survivant », comme le dit avec bonheur Rudolf
Bernet dans ce meme numero. Apres tant de morts et de resurrections,
comment dire actuellement le sujet? Un discours se voulant
philosophique peut-il meme encore etre tenu sur la subjectivite sans
reconduire aux impasses et aux crises deja connues du sujet?

Sans doute nous accordera-t-on que le simple constat de la survie du
sujet implique l’existence de formes de survie, qui, comme telles, ne
peuvent en elles-memes etre fort differentes des formes de vie
constitutives de la subjectivite. Apres Heidegger et Wittgenstein, le
discours philosophique aujourd’hui possible sur le sujet correspondrait
ainsi a l’etude de ses formes de (sur) vie dans le langage.

C’est bien là la perspective de recherche qui rassemble les textes qui
suivent, sans qu’il s’agisse d’y voir l’affirmation d’une quelconque
unite, mais plutot le deploiement, dans leur multiplicite irreductible,
des jeux du sujet.

 


Vous aimerez aussi...