Journée d’étude « La justesse » (21 mai 2011)

 

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

UFR 10 Philosophie, EA3562 PhiCo – Philosophies Contemporaines, Équipes EXeCO/CEPA

UFR 4 Arts plastiques et histoire de l’art, EA 4100 – HiSCA

Organisé par Danièle Cohn, Sandra Laugier et Pierre Wat. 

Programme « Politique Scientifique » Paris 1 LA JUSTESSE

Pratiques et critiques du jugement en esthétique, langage ordinaire, histoire de l’art

INHA, Galerie Colbert, Salle Julian, 1er étage

 

Pour l’historien de l’art, le concept de justesse est riche parce qu’il interroge tant les œuvres que son propre regard sur celles-ci. Louer la justesse d’une œuvre, c’est en même temps valider celle de notre regard, sa capacité à déceler dans l’œuvre contemplée une forme d’ «adéquation» avec des critères qui structurent notre jugement. Dans le champ de l’histoire de l’art de la période contemporaine, nous étudierons la justesse selon deux axes. D’abord, en proposant un repérage et une analyse de l’usage de ce mot par les artistes eux-mêmes durant le siècle. Ensuite, de façon plus autoréflexive, en questionnant la «justesse» de l’interprétation de l’historien de l’art face aux œuvres. Qu’est-ce qu’une interprétation « juste » qui suppose qu’il y en est des « injustes », des « fausses », des « inexactes »?

Que se passe-t-il quand l’œuvre nous est contemporaine ? Que fait le critique, a-t-il un outillage en matière de justesse qui le distingue de l’historien de l’art ? Baudelaire avait eu cette formule lapidaire : « À quoi bon la critique? ». Car si l’historien de l’art mobilise un savoir philologique du contexte pour chercher la plus grande justesse possible dans l’interprétation, on est en droit d’attendre de la critique artistique qu’elle tombe juste. Cet impératif énoncé, restent à déterminer les conditions matérielles dans lesquelles s’exerce cette activité – comment voir? où voir? que voir? – et celles de la publication du texte critique, de son caractère public et partageable. Justesse empirique et inespérée d’un regard et d’une impression? Justesse dogmatique et suspecte fondée sur une doctrine? Justesse d’une analyse par rapport à une situation et une histoire? Ce ne sont que trois des hypothèses qui seront examinées lors de cette journée d’étude.

 

Programme:

 

Président de séance : Pierre Wat

10h10 / Pierre Wat (professeur d’histoire de l’art contemporain, Paris 1)

Critique d’art et justesse, une histoire de couple

10h30 / Lucie Lachenal (doctorante en histoire de l’art, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
L’impartialité dans la critique d’art sous la Restauration : nécessité ou imposture ?

11h00 / Fanny Bacot (doctorante en histoire de l’art, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
La justesse de l’artiste : un idéal rosicrucien

11h30 / Sandra Laugier (professeur de philosophie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Le discours de la critique et le modernisme chez Cavell

 

12h00 / Discussion 12h30-14h00 / Pause déjeuner

 

Présidente de séance : Danièle Cohn

14h00 / Danièle Cohn (professeur de philosophie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
La justesse d’une critique philosophique : Cassirer contre la critique littéraire de son temps

14h30 / Cyril Crignon (doctorant en philosophie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Les drippings de Jackson Pollock : un lieu d’aveuglement pour
la critique greenbergienne et ses critiques

15h00 / Hugo Daniel (doctorant en histoire de l’art, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Une justesse du trait ? Réflexions à partir de l’oeuvre des années 1950-1960
de Cy Twombly

15h30 / Catherine Meneux (maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Artistes et critiques. Les cas Félicien Rops, Edgar Degas et Emile Gallé

16h00 / Discussion


Vous aimerez aussi...