Journée d’étude: Intuitions, émotions, raisons, sentiments… quel vocabulaire pour la philosophie morale aujourd’hui? (16 nov. 2013)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

EA3562 PhiCo – Philosophies Contemporaines

Composante EXeCO

 

Organisé par Sandra Laugier (Paris 1) et Anna Zielinska.

 

Lieu: Sorbonne, Université Paris 1, UFR de Philosophie, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e, escalier C, 1er étage, droite, salle Lalande.

Date et heure: 18 novembre, 14h-19h.

 

Avec la participation de

  • Jonathan Dancy, University of Texas 
  • Stéphane Lemaire, Université Rennes 2
  • Marta Spranzi, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline
  • Bertrand Guillarme, Université Paris 8 (présence à confirmer)

Quels sont les mots avec lesquels les philosophes parlent de la normativité ?

Au xxe siècle, plusieurs termes ont été présentés comme seuls aptes à saisir les éléments essentiels de l’éthique. L’intuition notamment a été d’abord comprise comme une faculté de la raison permettant d’accéder à des vérités morales, alors qu’aujourd’hui, le mot « intuition » a pris une toute une autre signification, l’idée immédiate qui vient à l’esprit face à une interrogation morale, et donc une connotation problématique. D’un autre côté, les émotions ou les sentiments ont été, dans l’héritage humien contemporain, séparés de la rationalité,  alors que la fin du xxe siècle a vu naître plusieurs théories des émotions morales, où celles-ci non seulement ne s’opposent pas à la raison, mais seules rendent possible l’exercice de cette dernière. Enfin, la notion de raison d’agir a tenté de se défaire des difficultés des deux notions précédentes, en constituant un terme à part, visant une certaine indépendance notamment du vocabulaire naturaliste.

Il existe aujourd’hui une considérable diversité en ce qui concerne le vocabulaire utilisé par la métaéthique d’une part, et par l’éthique appliquée de l’autre. Il serait intéressant de se pencher sur cette diversité en examinant la légitimité et les limites de certains d’entre eux, et peut-être en en valorisant d’autres, nouveaux ou traditionnels. On pourra interroger en même temps les implications philosophiques – dans ces choix, variétés et changements de vocabulaire – pour des questions métaéthiques, le rapport à la réalité et à la connaissance en particulier.

Jonathan Dancy, professeur à l’Université de Texas (Austin, USA) et professeur émérite à l’Université de Reading (UK), sera l’invité principal de cette journée. S’inscrivant dans la tradition intuitionniste et réaliste, il défend l’idée selon laquelle l’éthique peut se passer de principes, car les décisions morales se font au cas par cas, en vertu des propriétés des situations particulières.

Toutes les informations pratiques sont là: http://intuitionnismes.wordpress.com/2013/09/06/jonathan-dancy/

 


Vous aimerez aussi...