Prochaine séance du séminaire « Le réalisme en question »: E. Bimbennet (29 nov. 2014)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

Composante  « Expérience & Connaissance » (EXeCO)

 

Séminaire de recherche 2014-2015 coordonné par Jocelyn Benoist

 

 Le réalisme en questions

 

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne

Escalier C, 1er étage couloir droite, Salle Lalande

 

Samedi 29 novembre 2014, 10h30-12h30 :

Etienne Bimbenet (Université Jean Moulin Lyon 3) :

Universalité ou nécessité ? Sur les conditions de possibilité du réalisme

Comment peut-on être réaliste ? Comment peut-on croire que le monde existe ? La plupart du temps le réaliste élude cette question de la croyance, considérant que l’existence du monde suffit à y répondre : le monde existe, produisant tout naturellement la croyance en son existence. Le réaliste part de cette croyance, la considérant comme fondamentale ; il l’interroge rarement sur ses conditions de possibilité. Une telle croyance est pourtant largement intermittente : parce que nous fûmes animaux avant d’être hommes, et que nous sommes vivants avant d’être parlants ou agissant avant d’être pensants, nous sommes plus spontanément concernés par ce qui nous arrive que par le monde tel qu’il existe sans nous. C’est pourquoi le réel ne suffit pas à justifier le réalisme : il y faut un investissement particulier de la subjectivité vivante.

Nous défendrons ici l’idée qu’un tel investissement 1. excédant le donné en direction d’une visée absolue, et de nature transcendantale ; 2. qu’il y a lieu de distinguer, au sein d’une telle visée, ce qui regarde l’universel (le monde, comme monde de tous) et le nécessaire (le réel, comme ce qui ne peut pas ne pas être) ; et 3. que ce débat  de l’universel et du nécessaire, qui anime toute philosophie transcendantale depuis le premier jour, trouve dans sa reconfiguration anthropologique quelques éléments de réponse.


Vous aimerez aussi...