Soutenance de Marco Dell’Omodarme: “Pour une épistémologie des savoirs situés” (13 déc. 2014)

Cher-e-s collègues, Cher-e-s ami-e-s,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat en philosophie dirigée par Christiane Chauviré, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. La thèse est intitulée :

 

POUR UNE ÉPISTÉMOLOGIE DES SAVOIRS SITUÉS

De l’épistémologie génétique de Jean Piaget aux savoirs critiques

 

La soutenance se tiendra le 13 décembre 2014 à 9 heures

à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Salle 8) 105, boulevard Raspail – 75006 Paris

(Métro ligne 4 : Saint Placide * Ligne 12 : Notre-Dame des Champs)

 

Composition du jury de soutenance : 

  • Christiane CHAUVIRÉ (Directrice de thèse), Professeur des Université, émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Nacira GUÉNIF-SOUILAMAS (Rapporteure), Professeur des Universités, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis
  • Michael HOUSEMAN (Rapporteur), Directeur d’Études, École Pratique des Hautes Études
  • Sandra LAUGIER, Professeur des Universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et CNRS
  • Alain PIERROT, Professeur des Universités, émérite, Université Paris Descartes
  • Louis QUÉRÉ, Directeur de recherche, émérite, CNRS

 

Résumé

La connaissance n’est pas affaire individuelle. Ces dernières années cette affirmation s’est imposée comme une sorte d’évidence, jusqu’à constituer, pour certains, la condition de survie de l’espèce humaine. Jean Piaget, une des figures éminentes du structuralisme, s’appliqua toute sa vie durant au développement d’une épistémologie génétique qui prit la forme d’une psychologie dont l’objectif était de saisir les structures cognitives des sujets dans leurs différents stades de constitution. Déplaçant le point d’ancrage du structuralisme en passant du langage à l’action, Piaget en propose une compréhension originale. Concentrant ses recherches sur le développement des structures cognitives chez l’enfant, il montre qu’elles s’organisent par la relation que l’enfant entretient avec la communauté épistémique dans laquelle il évolue. Cela implique que les rapports qui règlent et les normes qui régulent cette communauté se trouvent engagés dans les procédures de formation des connaissances. C’est cette communauté qui constitue le sujet épistémique piagétien. Nous avons analysé les comptes rendus des expériences de Piaget, observant leurs modalités d’exécution et de restitution en partant du présupposé qu’en tant que pratique sociale la recherche scientifique n’échappe pas aux relations qui organisent l’espace social. L’anthropologie cognitive, l’ethnographie de l’apprentissage et la théorie de la cognition distribuée ont fourni des modèles de compréhension des dynamiques socio-cognitives qui permettent de rendre compte du contexte épistémique de l’épistémologie génétique. À l’aune de cette lecture, les savoirs situés issus des épistémologies féministes et décoloniales apparaissent comme une forme paroxysmique du modèle piagétien. Cette recherche montre que l’épistémologie génétique est porteuse d’une réflexion implicite sur la distribution sociale des connaissances qui a nourri les épistémologies critiques. Elle soutient que la co-formation des structures et des communautés épistémiques, loin de constituer une limite au projet de connaissance humaine dessine simplement le contexte de son émergence en tant qu’expérience psychique. Loin des envols universalistes de la pensée rationaliste, la clôture métaphysique opérée par Piaget exprime combien le monde ne sera jamais pour nous que ce que nous sommes psychiquement capables de saisir. Ramenant le savoir à l’échelle humaine, l’épistémologie génétique le resitue aussi par le même mouvement au niveau des conditions sociales et biologiques dans lesquelles l’existence humaine prend forme.

 

La soutenance sera suivi d’un pot amical.

Au plaisir de vous y voir,

Marco Dell’Omodarme


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search