Colloque phénoménologie et politique (26-28 février 2015)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

EA 3562 Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Axe EXeCO

 

Lieu: Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Salle Cavaillès, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Organisation : Marion Bernard, Mathieu Cochereau, Alexandre Feron, Thomas Maurice

Contact : mnbernard[@]gmail.com, mathieucochereau[@]yahoo.fr, th.maurice[@]yahoo.fr

 

ARGUMENT

La phénoménologie résisterait-t-elle, par principe, à rencontrer le politique ? Ou bien y aurait-il une phénoménologie apolitique, l’autre engagée ? L’une de droite, l’autre de gauche — à l’instar de la division des jeunes hégéliens, pendant le Printemps des Peuples ? Affrontons la question de savoir s’il n’y aurait pas, de l’intérieur même de la phénoménologie, des obstacles à une pensée qui prenne pour thème les affaires de la Cité. Il s’agira d’interroger la signification politique de l’épochè, comme acte inaugural d’entrée en phénoménologie : sortie de la cité, qui rendrait par principe la phénoménologie apolitique ? Ou inversement : figure d’une liberté radicale et révolutionnaire, qui ouvrirait un terrain renouvelé pour repenser le politique – pensée renouvelée de l’histoire, du social, du collectif, de la subjectivité et de l’incarnation politique, critique de la domination ? Si la phénoménologie peut apparaître comme un discours de résistance au politique, elle porte pourtant également les germes d’un retour du refoulé, sous la forme historique d’une résistance politique. Ces journées seront l’occasion de faire retour sur les reprises, transfuges et relectures critiques de Marx dans le champ phénoménologique, et de dresser une cartographie politique des courants phénoménologiques.

 

PROGRAMME

 

Jeudi 26 février

Matin : « Questions de principe I »
9h30 – Ouverture

10h – Mathieu Cochereau : « La phénoménologie comme oubli du politique »

11h – Marc Richir : « Phénoménologie et politique» (titre provisoire)
Après-midi : « Questions de principe II », présidée par Pierre Rodrigo
14h30 – Sacha Carlson : « Raison phénoménologique, raison politique ».

15h30- Thomas Maurice : « Le simulacre, esquisse d’une phénoménologie du capitalisme financiarisé »

Pause

16h45 – Laurent Perreau : « La phénoménologie corrigée par le pragmatisme. Merleau-Ponty et Bourdieu sur le sens du social ».

 

Vendredi 27 février

Matin : « Autour de  Marx », présidé par Etienne Tassin
9h – Alexandre Feron : « Merleau-Ponty: le scénario marxiste »

10h – Jean Vioulac : « Phénoménologie et révolution : Husserl et Marx penseurs de la crise »

11h Pierre Rodrigo : « Les stratégies phénoménologiques de relecture de Marx »
Après-midi : « Pluralité politique, nouvelles figures du sujet phénoménologique », présidée par Renaud Barbaras

14h30 Caterina di Fazio : « L’espace politique en tant que scène de l’apparaître ».

15h30 – Etienne Tassin : « Sens et limites d’une phénoménologie politique de la pluralité »

Pause

16h45 – Marion Bernard : « Le problème des sujets dominés dans la communauté phénoménologique. Lectures croisées de Simone de Beauvoir, Frantz Fanon, Jan Patočka »

 

Samedi 28 février

Matin : « Phénoménologie et engagement », présidé par Claire Dodeman
10h Jean-Claude Monod : « Rupture philosophique, rupture politique? Husserl / Heidegger, 1927-1938 »

11h Bastien Lesage : « Schürmann avec Desanti : une philosophie politique de la phénoménologie (intentionnalité ou lutte des classes) ».
12h Matthieu Renault : « Décoloniser la phénoménologie : Tran Duc Thao, Frantz Fanon, Jarava Lal Mehta »

13h – Buffet de clôture

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search