Prochaine séance du séminaire « Le réalisme en questions »: Sandra Laugier (31 jan. 2015)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo, EA 3562)

Composante  « Expérience & Connaissance » (EXeCO)

 

Séminaire de recherche 2014-2015, coordonné par Jocelyn Benoist :

Le réalisme en questions

 

Samedi 31 janvier 2015, 10h30-12h30

Sorbonne, Salle Lalande, Escalier C, 1er étage couloir droite :

 

Sandra Laugier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, PhiCo-EXeCO) : « Un réalisme de l’ordinaire »

 

On proposera une définition du réalisme non pas comme thèse ou théorie, ni comme position philosophique, mais comme exploration et forme de vie. Il ne s’agit pas, dans ce réalisme de l’ordinaire, d’avoir accès à la réalité, ou de s’y accorder, mais d’en faire partie, de l’expérimenter. Le langage ordinaire, c’est-à-dire le langage comme pratique, est une méthode de cette exploration du réel, par l’ajustement qu’il produit entre nous et notre environnement, par la perception « affinée » des différences qu’il opère. Comme dit Austin, « nous nous servons de la conscience affinée que nous avons des mots pour affiner notre perception, mais pas comme arbitre ultime, des phénomènes. » (« Plaidoyer pour les excuses », p. 182) On sait qu’Austin appelle cela « phénoménologie linguistique ». Cavell écrit à ce propos dans ‘Dire et vouloir dire’  « La clarté qu’Austin recherche en philosophie est à atteindre par l’établissement de la carte des champs de conscience qu’éclairent les occasions d’un mot ». Le réalisme se définit à partir de cette clarification, cette capacité d’élucidation de soi par les occasions du langage, projet reformulé pratiquement dans les mêmes mots, quelques années après, dans ‘La projection du monde’ à propos de la technique qui consiste à parler des films à partir des souvenirs  : « Ce qui m’intéresse, c’est de mettre en lumière par la réflexion les causes de ma conscience des films telle qu’elle existe ». Il s’agit pour Cavell, dans son œuvre sur le cinéma, toujours dans la lignée d’Austin, d’établir et de clarifier le lien entre le langage et les choses et les personnes, non dans les termes analytiques du réalisme ou de la correspondance, mais en fonction de notre adéquation à nos mots, et de l’appropriation de nos mots à notre attention à ce qui compte. Un véritable réalisme est alors un réalisme de l’ordinaire et on examinera pour finir l’ambition de Cavell : démontrer à propos de la valeur du langage ordinaire, puis de l’ontologie du cinéma, ce qu’il nomme « l’intériorité réciproque des mots et du monde ». On utilisera pour cela divers aspects de l’œuvre de Cavell, la philosophie du langage ordinaire, l’éthique, le scepticisme, le cinéma.


Vous aimerez aussi...