Colloque en hommage à Christiane Chauviré (12 et 13 juin 2015)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

EA 3562 PhiCo – Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Axe EXeCO

 

EN HOMMAGE À CHRISTIANE CHAUVIRÉ

 

12 et 13 juin 2015

Centre de  philosophie contemporaine de la Sorbonne

 

Organisation : Valérie Aucouturier, Pierre Fasula, Sandra Laugier

Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de philosophie, 17 rue de la Sorbonne

Salle Lalande le vendredi, salle Cavaillès le samedi

 

Comme en témoigneront les jeunes chercheurs venus lui rendre hommage à l’occasion de ce colloque, l’œuvre de Christiane Chauviré, par sa richesse, son ouverture et son originalité a  modifié le paysage philosophique français. Elle a suscité des développements inédits, variés et dissidents de la philosophie analytique en France. Le séminaire Wittgenstein, dont Christiane Chauviré a été une des fondatrices, a permis l’exploration de la philosophie de Wittgenstein dans des directions qui ne sont pas toujours allées de soi : la philosophie de l’esprit et de la psychologie, le pragmatisme, les sciences sociales, l’esthétique, la littérature.

Avec Peirce et la signification : introduction à la logique du vague (Paris, PUF, 1995), puis L’œil mathématique : essai sur la philosophie mathématique de Peirce (Pairs, Kimé, 2008), Christiane Chauviré a imposé en France une figure majeure de la philosophie américaine, Charles Sanders Peirce, et plus généralement le pragmatisme, celui des fondateurs (Peirce, James et Dewey) comme celui des contemporains (Margolis, Putnam, Rorty, Shusterman).

Elle a également développé l’étude de Ludwig Wittgenstein, initiée par Jacques Bouveresse, en direction de la philosophie de l’esprit (La philosophie dans la boîte noire, Paris, Kimé, 2000 ; Les mots de l’esprit, Paris, Vrin, 2001 ; L’immanence de l’ego, Paris, PUF, 2009 ; Voir le visible, Paris, PUF, 2003), ainsi que de la question du sens et du dicible, mais aussi, une fois de plus, de l’anthropologie et du pragmatisme (Le moment anthropologique de Wittgenstein, Paris, Kimé, 2004 ; Wittgenstein and Pragmatism, EJPAP, 2012). Elle a largement contribué à montrer l’intérêt de la philosophie de Wittgenstein et des Recherches philosophiques pour les sciences sociales.

Dans son souci permanent d’allier la philosophie et les sciences sociales (qu’il s’agisse de la sociologie de Pierre Bourdieu, de la sociologie de l’action influencée par le pragmatisme ou encore de l’anthropologie), Christiane Chauviré a en effet défendu l’articulation du social et du mental, depuis la critique du mythe de l’intériorité et du discours des sciences cognitives, jusqu’à l’insistance sur l’action et la dimension publique du mental. Cette détermination l’a conduite à contribuer largement aux travaux de la collection « Raisons Pratiques » aux éditions de l’EHESS  (de La régularité, 2000, à Le mental et le social, 2013).

L’arrière plan de ses réflexions est certainement une constante préoccupation esthétique, comme en témoignent ses « variations sur l’opéra » (Hofmannsthal et la métamorphose. Variation sur l’Opéra, L’éclat, 1991), sa présentation des Leçons et conversations de Wittgenstein, et son approche sensible et élégante des questions de langage.

Autant de raisons qui nous ont poussés à réunir ses anciens élèves pour un colloque en son hommage, afin de témoigner de l’importance et de l’unité de son œuvre, mais aussi de sa variété et des diverses manières d’en hériter, que ce soit en direction du pragmatisme, de la philosophie des sciences, ou des lectures de Wittgenstein.

 

PROGRAMME

 

Vendredi 12 juin -16h-20h salle Lalande

 

16h00 – Sandra Laugier, introduction

16h30 – Mathias Girel : « De Cambridge à Cambridge »

17h15  – Jocelyn Benoist : « Wittgenstein à visage humain »

18h – Martine de Gaudemar : « La pensée sensible »

 

 

Samedi 13 juin – 9h30-18h salle Cavaillès

 

9h30 – L’IMAGE DU MONDE

 

Sébastien Gandon : « Les mathématiques comme phénomène anthropologique »

Vincent Berne : « La fusion des images manifeste et scientifique du monde chez Whitehead »

Sabine Plaud : « Science et pseudo-science »

Alexandre Monnin : « La philosophie du web : avec ou contre Wittgenstein »

 

11h30 – L’IMMANENCE DE L’EGO

 

Jérôme Sackur : « Quelques remarques sur les contributions à la psychologie de Peirce et Wittgenstein »

Ludovic Soutif : « Images de l’esprit et synopsis : la possibilité d’un usage philosophique constructif »

 

14h30 – PRATIQUES

 

Valérie Aucouturier : « La grammaire et l’action »

Sandra Laugier : « Approches anthropologiques de Wittgenstein »

Élise Marrou : « Comment remédier à l’oubli de la pratique ? »

 

16h – SENS ET NON-SENS

 

Denis Perrin : « Wittgenstein et l’indexicalité : une approche sémiotique »

Layla Raïd : « Lire Wittgenstein, lecteur de James »

Pierre Fasula : « Le général, le vague et le particulier »

Élise Domenach : « La douleur : de Wittgenstein à Cavell et au cinéma »

 

18h Conclusions


Vous aimerez aussi...