Colloque: Quarante ans de Surveiller et punir (19-21 nov. 2015)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

UMR 8103 – Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

Composante  « Expérience & Connaissance » (EXeCO)

 

Colloque international 

Quarante ans de Surveiller et punir 

19 – 20 – 21 novembre 2015

 

Colloque international organisé à l¹occasion du 40e anniversaire de la publication de Surveiller et punir de Michel Foucault (Paris, Gallimard, 1975) par l¹Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103 CNRS – Paris 1).

Inscription obligatoire (nombre de places limité) avant le dimanche 8 novembre 2015: surveillerpunir40@gmail.com

Informations pratiques: www.surveillerpunir40.wordpress.com

 

Argumentaire

Paru en 1975, l’ouvrage de Michel Foucault Surveiller et punir. Naissance de la prison a fait date : non seulement il a connu un énorme succès lors de sa publication, mais il est aujourd’hui le livre le plus cité dans le domaine des sciences humaines et sociales. Cependant, dans ce colloque, quarante ans après, il ne s’agira pas tant de le célébrer que de s’interroger, avec la lucidité que permet le recul, sur ses enjeux, sa fortune et sur la valeur qu’il peut encore revêtir pour nous aujourd’hui.

Avant tout, il faudra revenir sur le contexte historique et politique concret dans lequel cet ouvrage a émergé, en faisant scandale et en suscitant beaucoup de débats et de controverses. En même temps, on possède à présent davantage d’instruments pour inscrire de manière très précise la rédaction de cet ouvrage au sein du parcours intellectuel de Foucault. D’une part, il s’agira donc de reconstruire l’aventure du G.I.P. (Groupe d’information sur les prisons), qui a été plus ou moins directement à l’origine de l’intérêt de Foucault pour l’« objet-prison ». D’autre part, la publication récente de deux cours au Collège de France du début des années 1970 (Théories et institutions pénales, paru en mai 2015, et La société punitive, publié en 2013) rend désormais possible de retracer l’arrière-plan plus spécifiquement philosophique de Surveiller et punir et de suivre très précisément l’élaboration de l’étude du « pouvoir disciplinaire ».

Il sera également nécessaire de relire les écrits de Foucault à la lumière d’une actualité juridique dense. En effet, l’adoption de la loi pénitentiaire le 24 novembre 2009 a marqué une prise de conscience politique de la nécessité d’appréhender les questions pénales et pénitentiaires d’une manière globale et concertée. Depuis l’adoption de cette loi, les avancées concrètes semblent néanmoins limitées et deux réformes récentes ont pu sonner comme un aveu d’impuissance politique quant à l’amélioration du sort des personnes incarcérées. La première est l’adoption de la loi du 15 août 2014 qui créé une nouvelle peine : la contrainte pénale. L’exposé des motifs de la loi retient notamment l’exigence de développer les peines exécutées en milieu ouvert, eu égard notamment aux mauvaises conditions d’incarcération dans les établissements pénitentiaires français. Outre le fait que la contrainte pénale ne remplace pas l’emprisonnement mais s’y ajoute, la mesure pourrait donc être perçue comme un contournement de la problématique essentielle que représente l’avenir de la peine carcérale. L’autre évolution juridique, moins visible mais néanmoins significative, est le nouveau report pour 2020 de l’application du principe de l’encellulement individuel, pourtant consacré, une fois de plus, par la loi de 2009. Le droit pénitentiaire semble donc marqué du sceau de l’inertie et ce malgré un dynamisme jurisprudentiel interne et européen d’une rare intensité. L’étude approfondie de ces « vents contraires » apparaît dès lors indispensable.

Enfin, l’un des enjeux principaux de ce colloque sera de réfléchir sur la valeur – à la fois historique, philosophique, juridique et politique – des analyses foucaldiennes de la société punitive, de l’archipel carcéral, de la surveillance généralisée, du panoptisme, des illégalismes, de la délinquance, etc., afin d’en mesurer la portée réelle et de les mettre à l’épreuve de notre présent. Pour ce faire, il sera essentiel de mobiliser une pluralité d’approches différentes et de favoriser le dialogue entre plusieurs disciplines (philosophie, science politique, droit, historie, sociologie, anthropologie, géographie, etc.).

 

Comité d’organisation

  • Jean-François Braunstein (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Isabelle Fouchard (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Orazio Irrera (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Sandra Laugier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Daniele Lorenzini (Université Paris-Est Créteil)
  • Judith Revel (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • Dominique Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Anne Simon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 

Comité scientifique

  •  Sandro Chignola (Università degli Studi di Padova)
  • Arnold I. Davidson (University of Chicago)
  • Didier Fassin (Institute for Advanced Study, Princeton University)
  • Clare O’Farrell (Queensland University of Technology)
  • Pierrette Poncela (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

 

 

Programme

 


JEUDI 19 NOVEMBRE, 14h – 18h

COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE

 

14h ­ Allocution d’ouverture

Bertrand Louvel, Premier président de la Cour de Cassation

 

14h10 ­ Propos introductifs

Dominique Rousseau et Sandra Laugier

 

14h20 ­ Présentation

Jean-François Braunstein, Isabelle Fouchard, Daniele Lorenzini

 

14h30 ­ Peine, punition et justice en France

Présidence : Dominique Rousseau et Sandra Laugier 

 

Robert Badinter, Naissance de « Surveiller et punir »

Adeline Hazan, Privation de liberté et respect des droits fondamentaux

Mireille Delmas-Marty, Surveiller et anticiper. Vers une justice pénale prédictive

 

16h-16h20 ­ pause

 

Bruno Karsenti, L’historicité de la prison

Judith Revel, La fabrique de l¹individu productif

 


 VENDREDI 20 NOVEMBRE, 9h – 18h

COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE

 

9h15 ­ Surveiller et punir dans l’oeuvre de Foucault

Présidence : Philippe Büttgen et Kathia Martin-Chenut

 

Isabelle Aubert, Foucault versus Kirchheimer et Rusche. Deux approches critiques de la peine

Piergiorgio Donatelli, Surveillance et individualité

Orazio Irrera, La technologie de l¹âme et l¹effet idéologique

 

11h-11h20 ­ pause

 

Daniele Lorenzini, La société disciplinaire : généalogie d’un concept

Pascale Laborier, Hiatus dans les transpositions de « Surveiller et punir » en sciences sociales

 

14h30 ­ La condition carcérale

Présidence : Bertrand Binoche, Emmanuel Picavet et Hugues de Suremain

 

Cyrille Canetti, Surveiller et punir, une maladie contagieuse

Laurent Caillard, « Tout petit déjàŠ »

Corentin Durand, L’oeil et le verbe. Anatomies du pouvoir en milieu carcéral

 

16h15-16h35 ­ pause

 

Guy Casadamont, Actualité de l’analytique du pouvoir

Jean-Marie Delarue, L’industrialisation de la captivité

 

20h30 ­ L’expérience du G.I.P.

Projection au Reflet Médicis (3 rue Champollion, Paris 5e) du film Sur les toits (2014) de Nicolas Drolc

suivie d’une discussion avec Daniel Defert, Nicolas Drolc, Frédéric Gros et Danielle Rancière

 


SAMEDI 21 NOVEMBRE, 9h – 18h30

UNIVERSITÉ PARIS 1, SALLE CAVAILLÈS

 

9h ­ Ouverture : Laurent Jaffro

 

9h15 ­ Le droit à l’épreuve de la prison

Présidence : Jean-François Braunstein et Aurélie Bretonneau

 

Delphine Böesel, Des luttes collectives au combat contentieux,

l’évolution des luttes pour l¹amélioration des conditions de détention

Damien Scalia, Droit international de la détention :

protection des détenusou logique sécuritaire ?

Paolo Napoli, L’importance de « Surveiller et punir » pour la question des normativités

 

11h-11h20 ­ pause

 

Anne Brunon-Ernst, Le Panoptique : lieu d’application de la législation directe et indirecte

Gaëtan Cliquennois, Le panoptisme inversé et la contribution (in)volontaire de Michel Foucault lui-même à celui-ci

 

14h30 ­ Sécurité et surveillance dans le monde contemporain

Présidence : Daniele Lorenzini et Anne Simon

 

Jean Danet, L’institution judiciaire face aux défis de la sécurité et de la surveillance

Olivier Razac, Bracelet électronique, virtualisation et contrainte

Luca d’Ambrosio, Surveiller et punir aux frontières de l’Europe

 

16h15-16h45 ­ pause café

 

Grégoire Chamayou, Sur les sociétés de ciblage

Bernard E. Harcourt, La société expositoire

 

18h ­ Clôture : Dominique Rousseau et Sandra Laugier


Vous aimerez aussi...