Soutenance de Jean-Baptiste Fournier: « Du Flux de vécus au monde objectif : le concept de constitution chez Edmund Husserl et Rudolf Carnap » (14 nov. 2015)

Chers collègues, chers amis,

 

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de ma thèse de doctorat, intitulée :

 

Du Flux de vécus au monde objectif :

le concept de constitution chez Edmund Husserl et Rudolf Carnap

qui se tiendra le samedi 14 novembre à 9h en salle J. B. Duroselle (Galerie Dumas).

Le jury sera composé de :

  • M. le Pr. Jocelyn Benoist (Université Paris I, directeur)
  • M. le Pr. Christian Bonnet (Université Paris I)
  • M. le Pr. Dermot Moran (University College, Dublin)
  • M. le Pr. Dominique Pradelle (Université Paris IV)
  • M. le Pr. Jean-Baptiste Rauzy (Université Paris IV)

 

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes cordialement invités,

 

Bien à vous, 

Jean-Baptiste Fournier

 

Présentation sommaire :

Ce travail propose une réévaluation du schisme phénoménologico-analytique à la lumière des textes de Husserl et de Carnap qui en constituent l’un des fondements et qui cependant émergent d’un contexte philosophique et scientifique similaire. L’idée carnapienne de constitution comme « reconstruction rationnelle » et arbitraire du monde peut en effet paraître s’opposer terme à terme au « se-constituer » des choses que déploie la phénoménologie husserlienne, mais l’emploi par Carnap du vocabulaire de la constitution nous impose d’interroger le lien que l’entreprise de l’Aufbau entretient avec la constitution idéaliste transcendantale. La thèse de ce travail revient à affirmer que l’opposition Husserl/Carnap ne peut être interprétée dans les termes d’une opposition entre phénoménologie et analyse logique, ni non plus sur la base des concepts d’idéalisme transcendantal, de logicisme ou de phénoménalisme. Comprendre l’opposition entre les deux auteurs (et donc lointainement entre les deux mouvements dont ils endossent, au moins partiellement, la responsabilité) implique de se pencher sur les textes de jeunesse où l’un et l’autre élaborent leur concept respectif de constitution, en s’intéressant notamment au modèle logico-mathématique du formel dont ils héritent, et dont leur système de constitution présente le déploiement. Cette confrontation nous amène à définir la constitution comme l’élaboration d’un modèle continu de la discontinuité atteinte par la description phénoménologique pré-constitutive du monde – ce qui nous conduira à interroger la pertinence du modèle topologique pour la constitution.


Vous aimerez aussi...