À paraître le 22 février: Duportail, Existence et psychanalyse (Paris, Hermann, 2016)

Duportail

Quelle est la contribution de la psychanalyse à la question du sens de l’existence ? Se résume-t-elle au complexe d’OEdipe ? Le freudisme a-t-il sacrifié le désir d’être au profit de quelques désirs premiers, comme le pensait Sartre ? À partir du dernier Lacan, Guy-Félix Duportail montre que notre existence ne s’anime pas selon la visée d’un sens ou d’un projet, mais en fonction d’un trou. Un trou tourbillonnaire qui finit par former un noeud. Notre rapport au monde est topologique, donc tordu. Ce nouage ne devient cependant notre schéma de vie personnel qu’à la faveur d’une « épreuve » à chaque fois singulière, au cours de laquelle nous devons dénouer et renouer le noeud toujours quelque peu raté au principe de notre être. Le désir d’être se manifeste alors à travers la répétition de cet acte de naissance topologique. Le sujet de l’inconscient devient l’être-pour-le-nom, dans une sorte de baptême topologique en deux temps. Il ne nous suffit donc pas d’avoir été conçu pour exister, il nous faut encore accomplir un choix en faveur de notre existence.


Vous aimerez aussi...