Prochaine séance du séminaire « Intentionalité et réalité »: Raoul Moati (28 jan. 2017)

Séminaire de recherche 2016-2017

coordonné par Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Véronique Decaix (Paris 1, Gramata)

 

Intentionalité et réalité (I) : La réalité de l’intentionalité

 

28 janvier 2017, 10h30-12h30

Sorbonne, esc. C, Salle Lalande

 

Raoul Moati (Université de Chicago) :

La réalité de l’irréel: de l’ontologie à la psychanalyse existentielle

 

La technique de la réduction phénoménologique chez Husserl parvient à la mise au jour d’un type d’être très particulier, proprement irréel, qu’est l’apparaître. Quelle conséquence peut avoir la tentative de raisonner sur l’apparaître en termes ontologiques? Rien d’autre, selon Sartre, que d’impliquer par-delà la technique de la réduction phénoménologique, la nécessité d’un examen ontologique complémentaire  capable de déterminer la conscience comme réalité, c’est-à-dire, toujours suivant Sartre, comme un être transphénoménal. 

Nous verrons que la découverte de l’intentionalité comme réalité à part entière conduit à la découverte inéluctable de la dépendance ontologique de cet être vis-à-vis d’un autre être transphénoménal qu’est l’être en-soi. Par-delà la réduction, l’approche ontico-ontologique de la conscience proposée par Sartre aboutit à l’inversion de tous les liens de dépendance entre la conscience et le monde établis par l’idéalisme transcendantal husserlien ayant pour conséquence la déstabilisation intégrale de tous ses présupposés ontologiques. Ce sera l’objet de la première partie de notre exposé que d’essayer de le montrer. 

Puis, dans un deuxième temps, nous tâcherons de montrer que la dépendance ontologique de l’être transphénoménal de la conscience vis-à-vis de l’être transphénoménal du monde, aboutit à la découverte d’une seconde facette de la réalité de l’intentionalité: son existence fondamentalement située. 

Enfin, dans un dernier temps, nous chercherons à montrer qu’une analyse poussée à son terme de la réalité située de l’intentionalité aboutit à la nécessité de dépasser le point de vue strictement ontologique sur la conscience par une approche appelée par Sartre « psychanalyse existentielle » dont l’objet se situe par-delà la vérité de la conscience (niveau ontologique) en ce qu’il désigne et implique l’exploration de la conscience dans sa réalité (niveau psychanalytique). La réalité (et non la vérité) de l’intentionalité requiert ainsi par-delà l’approche ontologique de la conscience, l’édification apparemment contradictoire d’une psychanalyse de la conscience.


Vous aimerez aussi...