Prochaine séance du séminaire Philosophie et psychanalyse: Raoul Moati (11 fév. 2017)

Samedi 11 février 2017

10h30 – 12h30, salle Halbwachs, en Sorbonne.(Entrée 17, rue de la Sorbonne, escalier C, 1er étage).

 

Raoul Moati (Université de Chicago)

« Le mystère en pleine lumière: la psychanalyse de la conscience chez Sartre »

 

ARGUMENT:

Le projet d’établir une psychanalyse de la conscience ne repose-t-il pas sur une contradiction dans les termes? C’est pourtant bien à la réalisation d’un tel projet d’apparence si contradictoire que s’attelle Sartre qui, malgré son différend avec Freud, se réclame bel et bien de l’inventeur de la psychanalyse lorsqu’il maintient, en parfaite connaissance de cause, le terme de « psychanalyse » pour qualifier cette démarche d’un type nouveau qu’est la « psychanalyse existentielle ».

Or, il n’en reste pas moins légitime de se demander comment la méthode de la psychanalyse – dont l’application à l’inconscient est un trait de part en part constitutif de sa possibilité – peut s’appliquer à la conscience sans perdre ipso facto toute signification? Comment, en outre, une conscience explicitement présentée par Sartre, comme constamment translucide à elle-même, pourrait-elle faire l’objet d’une investigation de type psychanalytique laquelle requiert au minimum un défaut de savoir du côté du sujet?

Nous verrons que le recours à la notion de « psychanalyse » tire sa légitimité de la satisfaction de trois critères fondamentaux, et c’est de se demander si Sartre y parvient que dépend la légitimité du recours à la notion de « psychanalyse » pour qualifier l’analytique de la conscience qu’il cherche à établir. Analytique de la conscience, dont on devra se demander, en outre, ce qui, dans le contexte d’une translucidité généralisée, peut bien la nécessiter.


Vous aimerez aussi...