Prochaine séance du séminaire Philosophie et psychanalyse: Guy-Félix Duportail (25 nov. 2017)

Le séminaire Philosophie & Psychanalyse (U. de paris 1, ISJPS, Phico-Execo) recevra: 

 

 

Guy-Félix Duportail (Université de Paris 1)

 

le samedi 25 novembre, de 14 h à 16 heures

salle Cavaillès

(Centre Sorbonne, entrée 17 rue de la Sorbonne, Escalier C, 1 er étage droite)

 

 

Grammaire philosophique et grammaire analytique

(Wittgenstein et Lacan)

 

 

Il s’agira, dans un premier temps, de démontrer que la critique de l’idée de métalangage n’est pas le seul point commun entre Wittgenstein et Lacan. La notion de grammaire (au sens du second Wittgenstein) constitue en effet le strict corollaire de l’absence de métalangage. Par suite, la grammaire doit être présente dans la réflexion sur l’inconscient structuré comme un langage. On le vérifiera en montrant que la grammaire mathématique des propositions empiriques – telle qu’elle est exposée par Wittgenstein dans les Remarques sur les fondements des mathématiques– résout le problème du statut des mathèmes de Lacan. Les mathèmes peuvent être considérés comme des règles de grammaire qui conditionnent ce que l’on peut dire avec sens de l’expérience freudienne. En outre, l’approche grammaticale permet de comprendre pourquoi les propositions analytiques ne parlent pas de l’Être, mais de l’Un (ou du signifiant pur si l’on préfère), entendu comme noyau élémentaire de la réalité psychique.

Dans un second temps, nous comparerons l’idée de grammaire philosophique à celle de grammaire analytique. Si la grammaire philosophique de Wittgenstein mesure l’espace des vérités possibles, et cela en fixant les normes langagières de la représentation sensée des états de choses, la grammaire analytique, elle, se rapporte à une réalité faussée ou réalité dégradée en réel (au sens de Lacan). A partir de la structure du clivage du moi ou du récit de rêve, nous verrons que la psychanalyse recycle pour ainsi dire les fragments de langage que la grammaire philosophique retire de la circulation des échanges sensés. La grammaire analytique apparaît dès lors comme la réponse rationnelle à l’altération pathologique du rapport du langage à la réalité et du langage lui-même. Elle prolonge ainsi la grammaire philosophique, mais par d’autres moyens, c’est-à-dire d’autres règles, afin de recontextualiser des fragments de non-sens selon les usages en vigueur dans la forme de vie analytique.         


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search