Soutenance de Sophie Galabru: « Emmanuel Lévinas : le temps à l’oeuvre » (17 nov. 2018)

 

Thèse présentée et soutenue publiquement par Sophie Galabru le 17 novembre, à 15h, en Salle 216 au Centre Panthéon – Sorbonne (12, place du Panthéon, 75005 Paris)

 

Intitulé de la thèse : Emmanuel Lévinas : le temps à l’oeuvre

 

Composition du jury :

  • Renaud Barbaras, Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur de thèse)
  • Jocelyn Benoist, Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Didier Franck, Professeur émérite à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • Inga Römer, Professeure à l’université Grenoble Alpes
  • François-David Sebbah, Professeur à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Résumé Si la philosophie d’Emmanuel Lévinas fut souvent présentée comme une philosophie de l’éthique, et fut identifiée à des notions telles que le visage, autrui ou la responsabilité, cette thèse vise à démontrer que ces notions se comprennent à partir d’un primat accordé au temps, voire d’une métaphysique de la temporalité. Il s’agira d’établir que la philosophie lévinassienne inaugure une nouvelle philosophie du temps que nous pouvons qualifier de «discontinuiste », s’opposant aux pensées de la continuité comme la philosophie bergsonienne de la durée et husserlienne du flux. La constitution de la subjectivité par émergence et distinction d’avec l’existence atemporelle, encore nommée   « l’il y a », son rapport au monde comme sa rencontre avec autrui ne se comprennent qu’à l’aune de leur temporalisation. Toutefois, cette structuration temporelle du sujet et de l’altérité invite à dégager différents types de temporalité et à spécifier l’essentielle relation entre le temps et l’autre.

Mots-clés: diachronie, discontinuisme, durée, éternité, immémorial, instant, Lévinas (Emmanuel), temps.

 

Emmanuel Levinas : Time at work

Abstract : If Emmanuel Levinas’ philosophy has often been introduced as a philosophy of ethics, determined by famous notions such as the face, the other or the responsability, this thesis aims at demonstrating that these notions can be understood thanks to the primacy of time, and to a metaphysics of temporality. The goal lies in explaining how Levinas’ philosophy ushers a philosophy of time that we can qualify as «discontinuist », opposed to Bergson’s philosophy of duration and Husserl’s theory of time flow. Subjectivity is processed through a distinction with the atemporal existence or the « there is », the connection to the world and relations to the others can be appreciated thanks to the notion of temporalisation. However this temporal structuration of the subject and the otherness encourage us to make several distinctions between different types of temporality and to consider the essential relation between time and the other.

Key words : diachrony, discontinuism, duration, eternity, immemorial, Levinas (Emmanuel), moment, time.


Vous aimerez aussi...