Prochaine séance du séminaire « Du sens et du sensible »: Jocelyn Benoist et Pauline Nadrigny (12 jan. 2019)

 

Séminaire de recherche 2019 coordonné par Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Pauline Nadrigny (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO)

 

Samedi 12 janvier 2019, 10h30-12h30

(Centre Sorbonne, salle Cavaillès)

 

Jocelyn Benoist / Pauline Nadrigny :

Sans anesthésie

 

A l’encontre de la malédiction originaire platonicienne, il semble que la philosophie moderne soit caractérisée par des tentatives récurrentes de « réhabilitation » philosophique de l’art, entendu comme le lieu d’expression d’un  sens concret immanent au sensible, qui se verrait par là même sauvé de son mutisme, de son absurdité. Que ce sens soit psycho-physiologique (Gestalt) ou ontologique (chair), la musique, le tableau, la sculpture, le poème en seraient toujours habités. Il déborderait ou sous-tendrait les expressions linguistiques explicites dans l’œuvre (poème) ou sur elle (indications, titre, notice, parole de l’artiste et des commentateurs). On trouve assurément là une façon de donner au sensible tel qu’il se manifeste dans les arts de la valeur : consistance, unité, expressivité, universalité. Ce sens des sensibles que sont les œuvres, cependant, leur est-il réellement immanent ? Et peut-on couper une telle position esthétique du contexte de production des œuvres ? Il faut s’attendre à ce que certaines œuvres ne rentrent pas dans un tel paradigme, soit qu’elles y échappent de fait, soit qu’elles se donnent pour tâche d’y échapper. Nous essaierons d’examiner comment elles y parviennent : vers le concret, par un usage du matériau qui rétablit le sensible dans son irréductibilité au sens (mutisme, bruit, brutalité de la matière), vers l’abstrait, par un désengagement phénoménal (minimalisme) qui donne la priorité à l’abstraction et à la pensée du processus. Distinguer entre sensible et sens, assumer jusqu’au bout la division du concret et de l’abstrait n’est-il pas nécessaire pour penser la spécificité de l’expérience sensible comme la valeur qu’on lui prête ?

 

En raison des mesures de sécurité en vigueur, toute personne ne possédant ni carte professionnelle, ni carte d’étudiant d’une institution ancrée en Sorbonne doit s’inscrire plusieurs jours à l’avance à l’adresse : <Philo-Recherche@univ-paris1.fr>

 


Vous aimerez aussi...