Prochaine séance du séminaire “Du sens et du sensible”: André Charrak (9 fév. 2019)

 

« Du sens et du sensible » : 2ème séance 

Séminaire de recherche 2019 coordonné par Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Pauline Nadrigny (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO)

 

Samedi 09 février 2019, 10h30-12h30

(Centre Sorbonne, salle Lalande)

 

André Charrak (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO)

Sur l’historicité du sensible

 

L’historicité de la perception est un fait que la sociologie de l’art a depuis longtemps pris en vue et il est essentiel de s’instruire des études conduites dans ce champ. Mais si elle est ainsi attestée, les explications qu’on en donne paraissent la déplacer hors de son lieu et un double décalage nourrit une même insatisfaction.

1) Dans le traitement concret auquel elle donne lieu en sociologie de l’art, cette forme d’historicité est portée au compte de versions très élaborées d’une perception arrachée à son déroulement naturel présumé (ainsi le code de la perspective ou la valeur symbolique des couleurs sont-ils référés à la pratique des marchands du quattrocento, inscrits dans un certain espace, ou à certain cursus de formation mathématique). Sous ce point de vue, l’importance attachée à l’historicité des conditions de la perception désigne en réalité leur information par des éléments cognitifs expressément conçus comme tels.

2) En philosophie et quoi qu’il en soit des déclarations de principe sur l’enracinement culturel de l’expérience humaine, il est de fait que l’historicité de la perception est comprise comme une couche dérivée qui s’ajoute à une perception fondamentale. De plus, elle est fréquemment mentionnée comme un argument ad hoc qui permet de mettre de côté telle ou telle particularisation de l’expérience qui, au bout du compte, n’est pas sérieusement traitée.

Est-il possible de mieux ajuster l’analyse à cette détermination historique d’une perception concrète ? Une première décision est de l’identifier en amont d’une expérience perceptive instruite et pour tout dire réfléchie, mêlée de jugements et pénétrée de connaissances. On essaiera donc d’approcher l’historicité au niveau du sensible et, pour commencer, au plan des qualités (que l’on a pu désigner comme des sensibles propres, comme des qualités secondes puis comme des qualia). La question sera avant tout de savoir sous quel aspect ces qualités sont signées par une historicité assignable, malgré la remarquable constance de l’appareil sensoriel humain. La seconde décision regardera la méthode : il y a peut-être lieu de consulter des doctrines relativement anciennes de la perception, certes pas pour les hypothèses explicatives qu’elles ont formulées, mais simplement en ce qu’elles se seraient convenablement appliquées au sensible de leur temps.

 

En raison des mesures de sécurité en vigueur, toute personne ne possédant ni carte professionnelle, ni carte d’étudiant d’une institution ancrée en Sorbonne doit s’inscrire plusieurs jours à l’avance à l’adresse : <Philo-Recherche@univ-paris1.fr>

 


Vous aimerez aussi...