Prochaine séance du séminaire “Critique de l’ontologie sociale”: Vincent Descombes (25 mai 2019)

 

Séminaire de recherche 2018-2019 coordonné par Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Ronan de Calan (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO)

 

Critique de l’ontologie sociale (II)

 

Samedi 25 mai 2019, 10h30-12h30

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre Sorbonne

17 rue de la Sorbonne

Escalier C, 1er étage couloir droite, Salle Lalande

 

Vincent Descombes (EHESS)

L’exercice d’un pouvoir instituant

 

Comment concevoir l’exercice d’un pouvoir instituant ? Lévi-Strauss a écrit ces lignes devenues classiques : « […] Mauss croit encore possible d’élaborer une théorie sociologique du symbolisme, alors qu’il faut évidemment chercher une origine symbolique de la société » (in: Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, PUF, 1950, p. XXII.) C’est ce même problème de l’origine des institutions humaines que reprend Searle dans son livre La Construction sociale de la réalité [1995]. Il y propose un schéma de construction mentale collective des faits institutionnels. Ce schéma permet, selon lui, de comprendre comment il peut y avoir des phénomènes tels que la culture et les conventions humaines dans un univers purement naturel. Pour en faire voir la possibilité, Searle a imaginé une petite fable (la fable de la Muraille d’enceinte) qui doit nous faire assister à la transition d’un état de pure nature à un état de société instituée (trad., Gallimard, 1998, p. 59-61). Nous nous demanderons quelle moralité tirer de cette fable philosophique.

 

En raison des mesures de sécurité en vigueur, toute personne ne possédant ni carte professionnelle, ni carte d’étudiant d’une institution ancrée en Sorbonne doit s’inscrire plusieurs jours à l’avance à l’adresse : <Philo-Recherche@univ-paris1.fr>

 


Vous aimerez aussi...