Soutenance de Théophile Lavault: “La fabrique de l’étranger intérieur” (29 nov. 2019)

 

Le vendredi 29 novembre, Théophile Lavault, soutiendra sa thèse de doctorat en philosophie menée sous la direction de Judith Revel et intitulée:

 

La fabrique de l’étranger intérieur. Généalogie d’une gouvernementalité coloniale

 

La soutenance se déroulera à 9h30 en salle 216 du centre Panthéon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 12 place du Panthéon, 75005, RER Luxembourg, M° Odéon / M° Cluny-La-Sorbonne) et sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié.e.s. (Pour des raisons pratiques,  veuillez indiquer votre présence le cas échéant par retour de mail).

 

Le jury sera composé de :

  • Magali BESSONE, professeure de philosophie, ISJPS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
  • Guillaume le BLANC, professeur de philosophie, LCSP, Université Paris-Diderot (rapporteur),
  • Vanessa CODACCIONI, maîtresse de conférences HDR en science politique, CRESSPA-CSU, Université Paris 8 (rapportrice),
  • Frédéric GROS, professeur de philosophie, CEVIPOF, Institut d’études politiques de Paris,
  • Judith REVEL, professeure de philosophie, SOPHIAPOL, Université Paris-Nanterre.

 

Résumé

Cette thèse vise à constituer la généalogie d’appareils coloniaux de capture et de gouvernement de l’altérité depuis la conquête de l’Algérie jusqu’aux formes contemporaines de contrôle de l’immigration. On y suit les conditions d’élaboration et de réagencements successifs du pouvoir militaro-pastoral exercé par les « officiers sociaux » de l’armée coloniale en Algérie, au Maroc, mais aussi en métropole. Ce travail s’inscrit dans une volonté de poursuivre sur d’autres terrains le projet foucaldien d’une histoire des gouvernementalités. Sont interrogés les mécanismes à l’œuvre dans la fabrique d’une figure inhérente à la construction de notre modernité politique : celle de l’étranger intérieur. Une figure qui, par son historicité propre, invite à penser, au-delà de la frontière du national et de l’étranger, les modes de sujétion des « populations autres ». De « l’indigène » au « musulman », du « Français musulman d’Algérie » au « travailleur immigré », tout un foyer d’énonciation de l’altérité se laisse voir dans les archives et permet de tracer la généalogie coloniale d’un pouvoir qui vise, au-delà de la normalisation des corps et des comportements, à transformer les psychés des sujets gouvernés, à élaborer une psychopolitique.

 

Abstract

Indeavouring to provide with a genealogy of colonial occupation and government apparatuses towards alterity, this work is set up on a historical continuum that runs from the French conquest of Algeria to contemporary forms of immigration control, where are best shown originating conditions and succesive adjustments of militaro-pastoral power exerted by the « social officers » of the colonial army in Algeria, Marocco and still further in the metropolis. It is willingly pursuing on grounded fields the projects of a governmentality history by Michel Foucault, questioning the mecanisms at work within the impersonation of a character inherent to our political modernity : the interior alien. Through its singular historicity, this character helps us to think about « alter-populations’ » modes of subjection, beyond the limits of national versus stranger. From the « indigen » to the « muslim », from the « French muslim from Algeria » to the « immigrated worker », a whole cluster of enunciation can be found into archives. This in turn helps to trace back a colonial genealogy of power that cannot be reduced to the sheer normalisation of bodies and behaviors, because it aims at transforming the mindsets of the governed people, which we might describe as a « psychopolitical » power.


Vous aimerez aussi...