Soutenance de Mathieu Cochereau: “Jan Patočka, une pensée de la dissidence : phénoménologie et politique” (30 nov. 2019)

 

Le samedi 30 novembre, Mathieu Cochereau soutiendra sa thèse de doctorat intitulée menée sous la direction de Renaud Barbaras, et intitulée:

 

Jan Patočka, une pensée de la dissidence : phénoménologie et politique

 

La soutenance aura lieu à 14h, salle Duroselle (Galerie J. B. Dumas, Sorbonne, 14 rue Cujas) et sera suivie d’un pot aux Patios, place de la Sorbonne, auquel vous êtes chaleureusement conviés. Veuillez prévenir de votre présence à l’adresse suivante: (mathieucochereau@yahoo.fr)

 

Composition du jury :

  • Renaud Barbaras, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Jocelyn Benoist, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Nathalie Frogneux, Professeure à l’Université catholique de Louvain
  • Karel Novotný, Professeur à l’Université Charles de Prague
  • Judith Revel, Professeure à l’Université Paris 10 Nanterre

 

Résumé :

Nous faisons l’hypothèse que le concept de Dissidence permet d’éclairer et d’unifier la philosophie de Jan Patočka.
Nous avons voulu comprendre la philosophie comme un mouvement de transcendance qui permet d’interroger en retour la communauté dont elle s’est séparée. Dans notre première partie, cette dissidence est comprise comme une posture par laquelle toute réduction du sens se trouve déjouée. Ce mouvement de la philosophie assume son origine socratique, étant entendu que cela n’implique aucun monde transcendant comme le montre le « Platonisme négatif ».

Cette posture nous amène à interroger les fondements mêmes de la phénoménologie pour repenser l’enracinement paradoxal de l’homme dans le monde, ce qui implique d’élever la dissidence à la puissance du concept. C’est pourquoi la Dissidence sera comprise, dans notre deuxième partie, comme l’événement par lequel l’homme est mis à part de la totalité et, en vertu de cette séparation, produit un monde naturel. Nous envisageons la Dissidence d’un point de vue cosmologique (expulsion hors du tout), anthropologique (rapport de l’homme au monde) et phénoménologique (manière dont l’homme fait apparaître ce dont il a été expulsé).

Ainsi, la Dissidence signifie une structure commune à l’homme et au monde par laquelle nous pouvons saisir l’action de l’homme face à tout système qui voudrait faire du monde la mesure de l’homme. Notre dernière partie entend donc montrer que l’acte dissident, loin d’être l’expression d’une toute-puissance humaine, exhibe plutôt sa problématique fragilité et la contingence irréfragable du monde naturel.

 


Vous aimerez aussi...