Programme du séminaire de doctorants et jeunes chercheurs « Les applications de la méthode phénoménologique »

 

Séminaire de doctorants et de jeunes chercheurs (février – juin 2021)

animé par Luz Ascarate, doctorante (ISJPS, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et

Audran Aulanier, doctorant (CEMS, EHESS)

 

le vendredi de 17h30 à 20h

à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, salle D634, galerie Dumas

1, rue Victor Cousin, 75005 Paris

ou en visioconférence si la situation sanitaire le requiert

 

Ce séminaire propose un parcours qui part d’interrogations théoriques sur l’application de la méthode phénoménologique et d’interrogations génératives concernant le soubassement social et politique de grands concepts phénoménologiques (agir, sujet, description) pour se diriger vers l’application de la méthode phénoménologique à des champs non exclusivement phénoménologiques (politiques, artistiques, coloniaux, sociaux). Deux questionnements principaux sont à l’œuvre. Le premier concerne le statut du sujet ; le second, qui s’imbrique dans le premier, a trait au lien entre imagination, corporéité, volonté et action, notamment politique, dans différents types d’expériences.

 

Pour chaque séance, il est nécessaire de vous inscrire au préalable en écrivant à

luz.ascarate@univ-paris1.fr ou / et audran.aulanier@ehess.fr

 

Programme

 

Vendredi 26 février :
La phénoménologie appliquée à l’agir (politique)

 

Alessandro Colleoni (Fondazione San Carlo, Modène / CRAL, EHESS / Fonds Ricœur)

« La plus haute volonté est celle qui a ses raisons »

Deux modèles non volontaristes de l’action dans la pensée de Paul Ricœur

 

Dan Di Razza (Académie de Lille, université de Lille)

Une praxis an-archique implique-t-elle une politique du geste ?

 

Vendredi 26 mars :

Problèmes opératoires de la phénoménologie post-husserlienne

 

Circé Furtwängler (ISJPS, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La phénoménologie de Dufrenne : une philosophie transcendantale des relations incarnées dans les régions de l’expérience plutôt qu’une philosophie asubjective

 

Dan Li (ISJPS, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

La méthode de Merleau-Ponty est-elle phénoménologique ? La Gestalt et l’infini

 

Vendredi 16 avril :

Percevoir l’image, ressentir son corps, analyses phénoménologiques

 

Veronica Cohen (CEAC, université de Lille / Université de Buenos Aires / CONICET / danseuse de danse butō)

Se mouvoir, entre la danse et la phénoménologie

 

Rodrigo Y. Sandoval (Universität zu Köln / Universidad Alberto Hurtado, Chili)

Appropriation phénoménologique du concept de seeing-in dans la théorie des images : une confrontation des théories de Richard Wollheim et d’Edmund Husserl

 

Vendredi 7 mai :

Phénoménologies de la violence et de la déviance

 

Djamel Bentrar (CURAPP-ESS)

De l’intime au social, la typification à l’épreuve 

 

Edouard Jolly (IRSEM / université Paris 2 Panthéon-Assas)

Phénoménologie de la violence

 

Vendredi 28 mai :

Phénoménologie de l’expérience : incommensurabilité, singularité et colonialisme

 

Paul Gossart (STL, université de Lille / artisan d’art)

Situation de l’artisan restaurateur : entre expérience et travail de la singularité

 

Camilla Caglioti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et

Luz Ascarate (ISJPS, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Fanon (lecteur de Merleau-Ponty) & Wolff (lecteur de Ricœur)

 

Vendredi 25 juin :

Phénoménologie sociale

 

Audran Aulanier (CEMS, EHESS / Institut Convergences migrations)

La cosmo-politique d’Etienne Tassin à l’épreuve de la participation des demandeurs d’asile à la communauté

 

Cristina Vendra (CEMS / Institut de philosophie de l’académie tchèque des sciences)

Paul Ricœur et Alfred Schütz : pour une phénoménologie sociale de la mémoire collective et du temps commun

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search