Prochaine séance du séminaire « Aspects du réalisme »: Pierre Steiner (13 mars 2021)

 

La prochaine séance du séminaire « Aspects du réalisme » aura lieu:

 

le samedi 13 mars 2021

de 10h30 à 12h30

en visioconférence

 

inscription obligatoire

https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-aspects-du…-c89vwhzi

 

Pierre Steiner (UTC, COSTECH)

Toucher sans viser. Technique, pensée et intentionnalité

 

« Toucher sans viser » : l’expression pourrait évoquer quelque précepte dans la tradition zen sur l’archerie, ou le « paradoxe de l’archer » dans la littérature savante sur le tir à l’arc. On en proposera ici une nouvelle interprétation en philosophie de l’esprit, à rebours des approches analytiques et phénoménologiques qui continuent de subordonner les dimensions référentielles de la pensée à une réalité de l’intentionnalité, cette dernière étant conçue comme une visée déployée de façon intrinsèque par les épisodes de pensée. Différentes formes d’externalisme et de contextualisme ont pu nous inviter à nous défaire de l’image d’une intentionnalité tautégorique, en nous rappelant à quel point la visée intentionnelle, comme les visées ordinaires, ne saurait s’affranchir d’une dépendance au réel. Je propose d’aller plus loin. La visée ne saurait constituer le schème général permettant de concevoir les relations entre la pensée et le monde. Non seulement parce que « relations entre la pensée et le monde » est décidément une expression peu intelligible, mais parce que, plus fondamentalement, décrite dans son caractère instrumenté et organisé, la visée nous révèle à quel point sa réalité dépend d’engagements et de transactions dans le  monde.  Pour viser, il faut d’abord toucher, qu’il s’agisse de la visée de l’archer ou encore de la manière dont une flèche indique une direction. Il s’agit alors de développer les conséquences de cette redécouverte de la technicité de la visée ordinaire pour reconsidérer les formes techniques de la pensée. La technique, les techniques (dans un sens qu’il conviendra évidemment de préciser) ne sont ni des effets ni des conditions de la pensée, mais des manières de nous engager dans le monde, parfois en y pensant.  A l’heure où l’on rencontre de plus en plus d’appels à mettre l’intentionnalité dans le réel autrement que par la naturalisation et la représentation, je me propose de montrer combien la technique, au lieu d’être un opérateur de réalisation, de déduction ou d’inscription de l’intentionnalité, pourrait nous dispenser de poser l’intentionnalité pour rendre compte de l’être réel de la pensée.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search