Séminaire de doctorants Les applications de la méthode phénoménologique: Veronica Cohen et Rodrigo Y. Sandoval (16 avril 2021)

 

La troisième séance du séminaire Les applications de la méthode phénoménologique. Séminaire des doctorants et de jeunes chercheurs aura lieu le vendredi 16 avril de 17h30 à 20hCette séance se déroulera en visioconférence via Zoom. Pour obtenir le lien, il est nécessaire de vous inscrire au préalable en écrivant à 

luz.ascarate@univ-paris1.fr ou / et audran.aulanier@ehess.fr

 

 

Percevoir l’image, ressentir son corps, analyses phénoménologiques

 

Veronica Cohen

(Université de Buenos Aires / Université de Lille / Conicet)

Se mouvoir entre danse et phénoménologie

 

Rodrigo Y. Sandoval

(Universität zu Köln / Universidad Alberto Hurtado – Chili)

Appropriation phénoménologique du concept de seeing-in dans la théorie des images :

une confrontation des théories de Richard Wollheim et d’Edmund Husserl

 

 

VERONICA COHEN

Se mouvoir entre la danse et la phénoménologie

 

La phénoménologie a trouvé, dans les arts, un terrain fertile pour appliquer la pensée et essayer ses hypothèses. Cependant, dans le cadre de ces rencontres, la danse a été quelque peu négligée par rapport à d’autres arts comme la musique ou les arts visuels. Considérons, par exemple, la Phénoménologie de la perception (1945) de Maurice Merleau-Ponty. On n’y trouve que deux références à la danse : la première, lorsqu’il aborde le thème de l’habitude. Ainsi, la danse apparaît comme un exemple de « consécration motrice » où le mouvement est acquis et « compris » comme « signification motrice » (p. 178). La deuxième référence à la danse se trouve dans une note de bas de page du chapitre « Espace » où Merleau-Ponty décrit l’espace dans la danse comme « sans buts et sans directions » (p. 340). Par ailleurs, la peinture occupe une place très importante dans son travail. Selon Graciela Ralón (2017), cela « constitue pour Merleau-Ponty une des manifestations les plus achevées de l’acte de réponse » (Ralón, 1996), c’est-à-dire, d’un corps propre qui est mis au défi par le monde. Ainsi, lorsque nous parlons d’une esthétique phénoménologique, nous devrions nous demander si cette esthétique est une esthétique de la peinture et si ces déclarations peuvent être appliquées à une esthétique phénoménologique de la danse.

D’autre part, ces dernières années, de nombreuses études sont apparues, qui mettent en œuvre une phénoménologie de la danse. Cependant, parmi elles, on trouve aussi bien des positions où la danse apparaît comme un cas particulier d’une phénoménologie générale, comme dans le cas de Sheets-Johnstone, que des positions comme celles de Rothfield, qui est sceptique à l’idée d’une union disciplinaire. Ce dernier, dans un texte précisément intitulé Differentiating phenomenology and dance (2005), retrace les relations entre ces deux disciplines et constate que les concepts phénoménologiques sont souvent utilisés comme cadres théoriques pour les études anthropologiques, historiques ou sociologiques de la danse. C’est notamment le cas de l’emploi de la pensée merleau-pontienne. Avec cette autrice, nous pensons qu’une relation entre les deux disciplines est nécessaire lorsque les deux acquièrent le même statut. De plus, tout comme la phénoménologie a dû revoir sa conception du corps en se basant sur des études de genre, afin de s’éloigner d’un corps universel qui ne prend pas en considération ses situations vécues, lorsqu’on essaie de faire une phénoménologie de la danse, il faut considérer la danse dans sa pluralité et non comme un phénomène unique et fini.

Il s’agira donc de se demander, dans ce passage d’un domaine à l’autre, quelles sont les contributions de chacune des disciplines, quelles sont les objections à prendre en compte dans un tel passage, et quel en est le prix.

 

 

RODRIGO Y. SANDOVAL

Appropriation phénoménologique du concept de seeing-in dans la théorie des images : une confrontation des théories de Richard Wollheim et d’Edmund Husserl

 

Les analyses de la conscience d’image (Bildbewusstsein) constituent un aspect de la pensée d’Edmund Husserl qui est encore insuffisamment étudié et discuté entre phénoménologues, malgré tout ce qu’elles peuvent offrir aux recherches pluridisciplinaires, notamment aux études visuelles (visual studies) ou à la science de l’image (Bildwissenschaft). À ce sujet, l’examen des idées husserliennes nous met face à deux difficultés. Une première difficulté exégétique, due au caractère fragmentaire et provisoire des écrits, mais aussi à sa longue distribution dans le temps, parallèle à l’évolution de la pensée principale de Husserl (les textes les plus importants ont été écrits entre 1894 et 1925). Une deuxième difficulté concerne la possibilité du dialogue entre une philosophie fortement marquée par sa propre méthodologie, comme l’est la phénoménologie, et les recherches appliquées qui se nourrissent de méthodologies diverses.

Cette présentation traite brièvement ces deux problèmes. Premièrement, elle propose une interprétation systématique et historique de la théorie husserlienne de l’image en tant que « voir-dans <seeing-in> » (hineinsehen, hineinschauen). Deuxièmement, elle explore les parallèles possibles entre cette théorie et l’analyse psychologique de l’image de Richard Wollheim. Enfin, cette présentation aide à comprendre comment « l’aspect configurationnel » de l’image selon Wollheim équivaut à « l’intention de l’objet-image » selon Husserl.

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search