Prochaine séance du séminaire de doctorants Les applications de la méthode phénoménologique: Edouard Jolly et Djamel Bentrar (7 mai 2021)

 

Le 7 mai, de 17h30 à 20h, aura lieu la quatrième séance du séminaire sur les applications de la méthode phénoménologique. La séance aura à nouveau lieu en ligne en raison des conditions actuelles.

 

Phénoménologies de la violence et de la déviance

https://fb.me/e/2EurjLrIp

 

Cette séance se déroulera en visioconférence via Zoom.

Pour obtenir le lien, il est nécessaire de vous inscrire au préalable en écrivant à

luz.ascarate@univ-paris1.fr ou/et audran.aulanier@ehess.fr

 

Edouard Jolly

(IRSEM / université Paris 2 Panthéon-Assas)

Phénoménologie de la violence

 

Djamel Bentrar

(CURAPP-ESS)

De l’intime au social, la typification à l’épreuve

 

 


EDOUARD JOLLY

Phénoménologie de la violence

Dès lors qu’il est question de penser la violence, en particulier comme élément décisif du rapport entre groupes sociaux et politiques qu’est la guerre, il semble difficile de s’extraire d’oppositions classiques. Selon son origine, la violence sera tantôt oppressive, tantôt libératrice. Elle exprimera spontanément la colère, un débordement incontrôlé d’affects, tout comme elle pourra être instrumentale et stratégique. Une violence publique, politique, dont l’État se fait le monopole, sera dite légitime, alors qu’une violence privée, criminelle, n’aura de sens qu’à devoir disparaître du corps social. Plus généralement encore, on la dira tour à tour propre à la nature humaine et à ses passions tumultueuses, ou bien déterminée par des causes objectives, telles que la misère ou l’injustice.

Il n’en demeure pas moins qu’elle nous sidère quand elle nous frappe, qu’elle nous surprend tout autant qu’elle nous contraint. L’art militaire nous apprend ainsi à en faire un usage proportionné et discriminé, l’expression organisée de l’ultime argument de la souveraineté. La science politique cherche quant à elle à déterminer les meilleures manières de la contrôler, de l’employer ou de l’éviter suivant la poursuite de certaines finalités. L’objectif de cette intervention sera à la fois autre et complémentaire. Il consistera simplement à s’extraire des enfermements de la dialectique afin de développer une compréhension du phénomène de la violence qui soit porteuse d’une distance critique. Autrement dit, en tant que phénomène, la violence se pense originairement sans sa causalité, sans sa légitimité, sans son concept. Elle naît dans sa possibilité, promet une identité, se matérialise dans une inertie, appelle à une responsabilité et nous confronte au mal. Après une brève présentation introductive de la philosophie de la guerre, l’intervention expliquera les cinq modalités constitutives du phénomène de la violence que sont sa corporéité, son authenticité, son historicité, sa responsabilité et sa liberté.

 

DJAMEL BENTRAR

De l’intime au social, la typification à l’épreuve

Dans cette communication, nous soulignerons l’importance de la sociologie interprétative évoquée par Alfred Schutz, notamment dans The Phenomenology of the Social World, dans l’émergence de plusieurs approches ethnographiques.  En s’appuyant sur nos travaux en sociologie de la déviance à propos des questions de « salafisme, radicalisation, fanatisme religieux et extrémisme », nous détaillerons la contribution méthodologique d’une telle démarche. Il s’agira donc de nous interroger sur des réflexions anthropologiques en croisant l’approche interactionniste de l’École de Chicago dans l’analyse de la déviance avec la sociologie phénoménologique proposée par Schutz. Cela devrait nous permettre de réfléchir sur les apports de la phénoménologie transcendantale à la sociologie constructiviste et interactionniste en ce qui concerne la capacité à rendre compte de l’action du sujet. L’approche ethnométhodologique proposée par Harold Garfinkel ainsi que celle du constructivisme social chez Peter Berger et Thomas Luckmann constituent à ce titre des implications sociologiques de la pensée schutzienne au-delà de l’univers philosophique. Loin de nous contenter des travaux de Paul Ricoeur, Maurice Merleau-Ponty ou même Hannah Arendt, il s’agira pour nous de traiter du questionnement anthropologique de l’action sociale en tentant d’observer les phénomènes de l’intérieur tout en conservant une neutralité axiologique.

En vue de répondre à la question suivante : en quoi la pratique de la sociologie phénoménologique donne-t-elle un nouvel élan aux études sociologiques et anthropologiques ?, nous présenterons minutieusement la démarche méthodologique choisie dans le cadre de nos travaux depuis 2015, en particulier en ce qui concerne le phénomène de la radicalisation. En cela, la phénoménologie du corps chez Merleau-Ponty, l’épochè, la chair, la perception et l’empathie chez Husserl, la Lebenswelt, la typification et les réalités multiples chez Schütz, sont des outils incontournables dans l’analyse du social. Bref, pour mieux expliquer le rapprochement entre les approches sociologiques évoquées ci-dessus et la dimension phénoménologique du social, seule une mise en avant de la démarche ethnométhodologique est en mesure de rendre compte de la pertinence d’une telle perspective.

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search