Soutenance de Marta Dell’Aquila (20 sept. 2021)

 

Cher.e.s collègues, cher.e.s ami.e.s,

 

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat en philosophie intitulée :

 

« Du centre aux marges. Perspectives contre-hégémoniques autour de l’agency »

 

effectuée sous la direction de Sandra Laugier et Sophie Guérard de Latour (UMR ISJPS, CNRS Paris 1). La soutenance se déroulera le lundi 20 septembre 2021 à 15h, à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, salle Duroselle, galerie J.-B. Dumas, 1 rue Victor Cousin, 75005 Paris.

Les personnes souhaitant assister à la soutenance (dans la limite des places disponibles) devront me contacter à l’adresse marta.dellaquila91@gmail.com  avant le samedi 18 septembre.

 

Le jury sera composé de:

  • Éric Fassin, Professeur des universités, Université Paris 8 – Vincennes-Saint Denis
  • Sophie Guérard de Latour, Professeure des universités, ENS Lyon (directrice de thèse)
  • Sandra Laugier, Professeure des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directrice de thèse)
  • Soumaya Mestiri, Professeure des universités, Université de Tunis
  • Judith Revel, Professeure des universités, Université Paris 10-Nanterre
  • María Antonieta Vera Gajardo, Profesora Asistente, Universidad de Chile
  • Mara Viveros Vigoya, Profesora Asociada, Universidad Nacional de Colombia

 

Bien à vous

Marta Dell’Aquila

 

RÉSUMÉ :

Ma thèse a pour but d’identifier et de questionner la nature problématique de l’agency — qui désigne la « capacité d’agir » d’un agent — et ses formes négligées et invisibilisées dans des contextes d’oppression. Il s’agira d’explorer les formes d’agency qui ne s’identifient pas comme des actes de résistance, sans les exclure pour autant.

Ainsi, cette thèse vise à mettre en évidence la production théorique des perspectives féministes contre-hégémoniques issues des « marges », en particulier du féminisme intersectionnel et du féminisme décolonial latino-américain. Ces courants sont capables de prendre en considération les discriminations complexes vécues par les femmes racisées, qui ne se reconnaissent pas dans les critiques, les normes et les expériences défendues par l’épistémologie féministe dominante (le « centre »). Il s’agira aussi de montrer le biais qui caractérise précisément cette épistémologie féministe dominante, qui ne reconnaît pas que des femmes issues de certains contextes oppressifs peuvent exercer leur agency librement.

Ces perspectives nous permettront également d’identifier de nouvelles définitions des concepts d’agency et d’empowerment, en fonction de leurs dimensions communautaires et collectives. Dans cette thèse, ces propositions sont soutenues par la présentation d’une étude de cas spécifique sur la situation des femmes de la communauté Mapuche au Chili, fortement discriminées sur leur territoire en raison de plusieurs facteurs d’oppression entrecroisés.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search