AAC Colloque Wittgenstein and Epistemic Injustice (24-25 mars 2022)

 

Appel à communications

Colloque international et workshops

Oppression, expérience et langage

Penser l’injustice épistémique à partir de Wittgenstein

 

Organisé par Camille Braune (Doctorante, Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sandra Laugier (Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne), Mickaëlle Provost (Doctorante, Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), et Jasmin Trächtler (Post-doctorante, Dortmund University)

 

Dates : 24-25 mars 2022

Lieu : Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS, Campus Lourcine

 

L’objectif de cette rencontre internationale est d’interroger, depuis la philosophie de L. Wittgenstein, les rapports entre oppression, expérience vécue et langage à l’intérieur de contextes épistémiques.

L’intérêt porté par la philosophie féministe pour les problèmes de cognition, de science et de connaissance, s’est nourri d’un double diagnostic. D’une part, les femmes – ainsi que d’autres groupes sociaux discriminés – apparaissent désavantagées en tant que sujets et objets de connaissance. D’autre part, leur accès aux institutions qui rendent légitimes certaines formes de connaissance est entravé, de même que leur autorité épistémique est délégitimée. Ce qui est en jeu ici est la façon dont différentes formes d’oppression et expériences d’injustices (cf. Fricker, 2007 ; Médina, 2012) sont suscitées, établies et renforcées par nos pratiques épistémiques. L’épistémologie féministe et la philosophie féministe des sciences peuvent ainsi être comprises comme une critique des pratiques épistémiques établies, par l’examen et la mise en question des conditions sociales (telles le genre, la race, la classe) qui les rendent possible, et des présupposés théoriques (tels que les critères d’objectivité, de rationalité, de connaissance et de science) qui les sous-tendent.

Dans ce contexte, la philosophie de Wittgenstein représente, depuis plusieurs décennies, une ressource précieuse pour l’épistémologie féministe. Parce qu’elle met au jour une conception renouvelée de « l’objectivité », et de la manière dont l’expérience peut être articulée à la production de connaissance, la lecture de Wittgenstein ouvre une réflexion sur ce que signifie, en sciences, la notion de « biais masculin », ou sur la façon dont on fixe des critères de l’objectivité (Diamond, 1991 ; Crary, 2001). Certains concepts wittgensteiniens, comme ceux de « formes de vie » ou de « jeux de langage » sont également utiles pour penser les voies par lesquelles nous entendons ou exprimons notre expérience en situation d’oppression, venant ainsi redéfinir les perspectives de la Théorie Critique (Ferrarese & Laugier, 2018 ; Jaeggi 2013). En portant attention aux détails de l’ordinaire, comme forme d’antidote pour résister à la « pulsion de généralité », la pensée de Wittgenstein a donné lieu à des développements féconds au sein de l’épistémologie féministe(Cattien 2017; Scheman 2000), de l’anthropologie (Das 2006), de la philosophie du langage ordinaire (Diamond 2019; Laugier 2013).

Dans la suite du Colloque international et des ateliers « Wittgenstein and Feminism » tenus en mars 2021 en visioconférence, nous souhaitons ici mettre en avant l’importance de la pensée wittgensteinienne pour explorer les rapports, au sein des contextes épistémiques, entre les différentes oppressions (de sexe, de race, de classe et autres), les expériences qui en sont faites, et le langage.

L’événement se déroulera en deux temps :

1) Le colloque qui se concentrera sur trois axes d’analyses :

  • Injustices épistémiques. Comment le genre, la race et la classe affectent-ils la production, l’acquisition et la transmission des connaissances ? De quelle manière le langage, en tant qu’outil de pouvoir, prise de parole et expérience incarnée, indique-t-il ou renforce-t-il certaines injustices épistémiques ? Comment le langage nous permet-t-il de critiquer certaines conceptions de la connaissance, des discours ou critères épistémologiques ?
  • Positionnements et savoirs situés. Quelles formes d’oppressions sont à l’œuvre dans les présuppositions théoriques (tels que les critères d’objectivité, de rationalité et de liberté, mais aussi le langage, formes d’expressions linguistiques) qui sous-tendent la connaissance et la science ? Et comment peuvent-elles être surmontées ?
  • Réflexions méthodologiques. Quelles méthodes servent (ou non) les intérêts et objectifs féministes (par exemple méthodes quantitatives vs qualitatives). La recherche scientifique doit-elle considérer et inclure des méthodes non conventionnelles pour analyser, explorer et surmonter des formes d’oppression (par exemple, la narration orale, l’art, la poésie) ?

2) Trois sessions d’ateliers (workshops) encadrées par chacune des participantes confirmées (Estelle Ferrarese, Manon Garcia, Rahel Jaeggi) et destinées aux jeunes chercheuses, doctorantes et masterantes. Chaque texte (envoyé à l’avance et lu par les participantes) sera discuté collectivement en cercles restreints (non ouverts au public). Nous encourageons particulièrement les propositions en lien avec les axes du colloque. Le Bergen Network for Women in Philosophy a organisé deux sessions de Workshops ces dernières années et le format a été mis en place pour le colloque « Wittgenstein & Feminism » depuis 2019 ; pour plus d’informations, voir le site https://www.uib.no/en/bnwp/129428/review-bnkf-graduate- student-workshop-and-symposium

 

Participantes confirmées :

  • Prof. Estelle Ferrarese (Université de Picardie Jules Verne, Amiens, France)
  • Prof. Manon Garcia (Yale University, New Haven, CT, USA)
  • Prof. Rahel Jaeggi (Humboldt-Universität, Berlin, Germany)

 

Un appel à contributions est lancé pour le colloque et pour les workshops.

Pour participer aux workshops, il vous faut être actuellement inscrit.e à un programme d’études supérieures (master ou doctorat) ou avoir obtenu un diplôme d’études supérieures au cours de l’année écoulée. Ce n’est pas une exigence pour la conférence. Vous pouvez proposer à la fois au colloque et aux Workshops, mais dans ce cas nous vous demandons de soumettre deux propositions distinctes. Les communications soumises aux workshops peuvent être des travaux en cours.

L’objectif de cet événement, comme les années précédentes, est de soutenir le travail philosophique des femmes et de toutes les autres identités de genre marginalisées au sein du champ des études wittgensteiniennes, traditionnellement masculin. Nous invitons donc tout particulièrement les femmes et minorités de genre à soumettre leurs propositions.

 

Pour faire une proposition au colloque veuillez remplir ce formulaire : 

https://forms.gle/LzqimZEeRcXDRTbS8

Pour faire une proposition aux Workshops, veuillez remplir ce formulaire :

https://forms.gle/WG5GmxErYb6NLpZE7

 

Les candidatures au colloque et aux Workshops doivent être envoyées avant le 31 décembre 2021. Il n’y a pas de frais d’inscription.

Tou.te.s les candidat.e.s retenu.e.s pour les Workshops devront être prêt.e.s à soumettre des essais complets avant le 1er février 2022.

Il n’y a pas d’exigence de ce type pour le colloque. Les questions concernant le colloque doivent être adressées à Mickaëlle Provost (mickaelle.provost@univ-paris1.fr) et Jasmin Trächtler (jasmin.traechtler@tu-dortmund.de). Le colloque est ouvert à tout.e.s sur inscription et dans la limite des places disponibles. Il n’y a pas de frais d’inscription.

 


 

Call for Papers

International Workshop and Conference

Oppression, Experience and Language. Wittgenstein and Epistemic Injustice

24-25 March 2022

Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, Paris

 

Organized by Mickaëlle Provost (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France; conference), Jasmin Trächtler (TU Dortmund, Germany; conference), Sandra Laugier (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France; conference), and Camille Braune (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France; workshops)

 

The theme of the conference is to discuss, following Wittgenstein’s philosophy, the relations between oppression, experience and language in epistemic contexts.

Feminist philosophy’s preoccupation with questions of cognition, knowledge and science has emerged from the fact that women – as well as other discriminated groups of people – are disadvantaged both as objects and subjects of knowledge when, on the one hand, they are not taken into account in scientific (e.g. economic or medical) investigations and, on the other hand, their access to institutions of knowledge production is impeded or their epistemic authority is questioned. What is in focus here, then, is that and how various forms of oppression and experiences of epistemic injustice (Fricker 2007, Médina 2012) are produced, established and reinforced by our epistemic practices. Feminist epistemology and philosophy of science can thus be understood as a critique of established epistemic practices by examining and questioning the social conditions, such as gender, social and ethnic background, and the theoretical presuppositions, such as standards of objectivity, rationality and value freedom, of knowledge and science.

In this context, Wittgenstein’s philosophy has been a valuable resource for feminist epistemology for the last decade. Because it allows a renewed conception of “objectivity” and of the way lived experience can be articulated to the production of knowledge, the reading of Wittgenstein opens a reflection on what “masculine bias” in science mean, or on the establishment of criteria of objectivity (Diamond 1991; Crary 2001). Some Wittgensteinianconcepts, such as “forms of life” or “language games” are also fruitful for thinking about the ways of making sense or expressing the experience of oppression, and thus come to redefine greater attention to ordinary details, as an antidote avoiding the “craving for generality”, the perspectives of Critical Theory (Ferrarese & Laugier 2018; Jaeggi 2013). By paying Wittgenstein’s philosophy has given rise to singular developments on the renewal of feminist epistemology (Cattien 2017; Scheman 2000), anthropology (Das 2006) or ordinary language philosophy (Diamond 2019; Laugier 2013).

Following the International Workshop and Conference “Wittgenstein and Feminism” held in March 2021, we wish to pay attention to the importance of Wittgenstein’s work to explore how the relations between different forms of oppression – sexist, racist, classist and others –, experience and language manifest in epistemic contexts. The discussion will take shape along three axes that serve to orient, but not limit:

1) Epistemic injustices: How do gender, race and class affect the production, acquisition and transfer of knowledge? In what way does language as a tool of power, as speech and embodied experience reinforce or indicate certain epistemic injustices and in way can language serve to criticise certain conceptions of knowledge, discourse and epistemological criteria?

2) Standpoints and situated knowledge: What forms of oppression are inscribed in the theoretical presuppositions (such as standards of objectivity, rationality and value freedom but also language/forms of linguistic expression in general) of knowledge and science and (how) can these be overcome?

3) Methodological reflections: Are there certain research methods that serve feminist interests and goals better or worse (e.g. quantitative vs. qualitative methods)? Should research consider and include unconventional methods to articulate, explore and overcome forms of oppression (e.g. storytelling, art, poetry)?

 

Confirmed keynote speakers are:

  • Prof. Estelle Ferrarese (Université de Picardie Jules Verne, Amiens, France)
  • Prof. Manon Garcia (Yale University, New Haven, CT, USA)
  • Prof. Rahel Jaeggi (Humboldt-Universität, Berlin, Germany)

 

This is a two-part event, involving a conference and workshops on the themes listed above.

The workshops will involve close discussion of pre-circulated papers in small groups, each featuring one of our keynotes. For the workshops, we ask that you currently be enrolled in a graduate program (masters or doctorate) or have completed a graduate degree within the past year. This is not a requirement for the conference. You may apply to both the conference and the workshops, but if you do so, we ask that you submit two separate, distinct papers. Papers submitted to the workshops may be works in progress.

The aim of this event is to support the philosophical work of women and all other marginalized gender identities on Wittgenstein and feminism. We therefore privilege submissions from women and members of all marginalized gender identities.

 

To apply for the conference, please fill out this form: https://forms.gle/LzqimZEeRcXDRTbS8

To apply for the workshops, please fill out this form: https://forms.gle/WG5GmxErYb6NLpZE7

 

Applications for both the conference and workshopsare due by December 31st, 2021. All successful applicants to the workshops should be ready to submit full papers by February1st, 2022.There is no such requirement for successful conference applicants. Questions for the conference (mickaelle.provost@univ-paris1.fr) (jasmin.traechtler@tu-dortmund.de) should be directed to Mickaëlle Provost and Jasmin Trächtler. The conference is open to the public upon registration.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search