Prochaine séance du séminaire Phénoménologie et idéalisme transcendantal (15 jan. 2022)

 

Quatrième séance : samedi 15 janvier 2022, 13h30-16h30

Salle Halbwachs (escalier C, 1er étage droite, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris)

 

Pour assister au séminaire en présentiel, merci de vous inscrire via le lien suivant, avant le jeudi 13 janvier :

https://evento.univ-paris1.fr/survey/inscription-en-prese…-9uhr5hyw

 

Pour suivre le séminaire à distance via Zoom, merci de vous inscrire à l’adresse mail suivante :

doctorants.phenomenologie@gmail.com

 


 

Présentations de :

 

Gregor Bös (King’s College London)

« The germ of transcendentalism in the Logical Investigations: the knowability of states of affairs »

 

Circé Furtwängler (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« Pour une phénoménologie de la Nature à partir de Schelling »

 

N’da Jonas Kouakou (Université Toulouse-Jean Jaurès) 

« Réception merleau-pontyenne de la phénoménologie husserlienne :

Merleau-Ponty vers une “nouvelle phénoménologie transcendantale” »

 


Résumés des présentations :

 

Gregor Bös (King’s College London) 

« The germ of transcendentalism in the Logical Investigations: the knowability of states of affairs »

Transcendental idealism is usually taken to enter phenomenology between the Logical Investigations and the Ideas I, presumably with the reduction, presented in the Idee der Phänomenologie.

But some have previously argued that already the Logical Investigations develop a notion of truth with an idealist element (Dupre 1964; Patzig [1971] 2011). I locate this idealist element more specifically locate in Husserl’s incomplete revolt against Brentano. (Simons 2006; Naberhaus 2011) also connect Husserl’s and Brentano’s notion of truth, but do not spell out the relevance for idealism.

While Brentano attempted to explain the truth of a judgement without recourse to states of affairs, Husserl insists that the norm for judging correctly has to be grounded in the object of judgement. This is the sense in which Husserl revolts against Brentano: he embraces states of affairs as truthmakers. But when it comes to the connection between truth and possible evidence, Husserl stays with Brentano, who at one point suggested that truth amounts simply to the possibility of evident judgement. This connection is remains operative in the Logical Investigations, where Husserl assumes that any true judgement has a corresponding (ideal) possibility of intuitive givenness – and therefore, allows for an act of evidence. Since evident judging is a form of knowing, this entails the idea that every truth can be known. Such a thesis has faced severe logical challenges (Williamson 2000; Fitch 1963; Salerno 2009) and epistemological objections, (Künne 2003) and appears to fit only with an idealist metaphysics.

That the Logical Investigations already contain idealist elements is not only of historical interest. Phenomenologists who want to read Husserl as a realist (Willard 2002; Hopp 2020; Hardy 2013) often focus on the Logical Investigations as a ”pre-idealistic” work. But as I hope to show in my presentation, there are doubts about whether the notion of truth from the Logical Investigations is fit for this purpose. Like Lohmar and Tugendhat (1997; 1970), I propose to emphasize the grounding of propositional truths in non-propositional truthmakers. The scope of knowability, on the other hand, is an element from Husserl’s early notion of truth that phenomenological realists should rid themselves of.

 

Circé Furtwängler (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

« Pour une phénoménologie de la Nature à partir de Schelling »

Le problème de l’ancestralité oppose à l’ego transcendantal l’existence d’un monde sans nous, dont les recherches astronomiques (l’origine et la fin du monde), biologiques (l’origine de la vie) et paléontologiques (le processus d’hominisation) attesteraient la primauté. Pour le phénoménologue, l’objection reste externe et relève du naturalisme, tant qu’on réfère la vision scientifique du monde à une subjectivité transcendantale, mais elle permet de poser un problème métaphysique sous-jacent, qui avait été anticipé par Husserl dès la Krisis : celui du rapport de l’ego transcendantal au monde-de-la-vie, avec Terre et Ciel, et dans lequel se trouvent des processus naturels donnant lieu à des plantes, des animaux et des hommes.  La corrélation phénoménologique de l’ego et du monde comprendrait la nécessité d’un monde où la vie a sa place comme a priori biologique concret. Une phénoménologie transcendantale conséquente devrait alors replacer l’ego dans sa passivité originaire à l’égard des processus naturels, tout en reconnaissant sa primauté dans la détermination de l’évidence.

Husserl paraît retrouver une intuition qui guidait le projet de Schelling au moment de l’élaboration de sa Naturphilosophie, rapprochement qui sera philologiquement attesté chez certains phénoménologues ultérieurs (Heidegger, Jaspers, Merleau-Ponty, Dufrenne, Richir, A. Schnell). La Naturphilosophie développée par Schelling se définit comme une physique, au sens où elle prétend fournir une théorie de l’être naturel extérieur à notre pensée, mais elle ne se définit pas comme une physique empirique mais une physique spéculative. Reconfigurant la distinction classique de l’idéalisme et du réalisme en posant l’identité du transcendantal et du dynamique, Schelling soutient que c’est selon un même mouvement que la conscience se reproduit dans ses représentations et que la Nature perdure dans son autoproduction. Les structures formelles de la subjectivité supposent l’existence de structures analogues de la Nature qui se réfléchit en elle. La Nature se définit comme un effort vers l’identité du sujet et de l’objet, et la conscience qui la pense découvre en elle son propre passé inconscient, sa propre odyssée.  L’a priori biologique de la Krisis désignerait alors la nécessité pour l’ego transcendantal de poser comme originaire un monde des êtres vivants. On est alors fondé à réinterpréter de manière dynamique un certain nombre de métaphores sous-jacentes aux concepts fondamentaux de la phénoménologie : horizon, sol, point-origine, « zéro », sédimentation, couches, synthèses, etc. renvoient à une métaphysique du mouvement qui trouve son origine dans les processus naturels eux-mêmes. La Potenzlehre de Schelling permet notamment d’approfondir le sens de certaines de ces notions, en fournissant l’index d’une naturalisation du transcendantal, dont on présentera les lignes directrices.

 

N’da Jonas Kouakou (Université Toulouse-Jean Jaurès) 

« Réception merleau-pontyenne de la phénoménologie husserlienne : Merleau-Ponty vers une “nouvelle phénoménologie transcendantale”»

Merleau-Ponty comprend la phénoménologie husserlienne comme une philosophie concrète commandée, de part en part, par le mot d’ordre du « retour aux choses-mêmes ». Retourner « aux choses-mêmes » c’est donc, selon lui, revenir à l’irréfléchi, c’est-à-dire à ce monde antéprédicatif précédent toujours les vues réflexives, « constructives » et objectivantes qui caractérisent en général les philosophies du sujet et l’intellectualisme. Et les « choses-mêmes » ne sont pas à construire, ni à déduire, mais à décrire. Toute phénoménologie génétique et constructive serait alors idéaliste et transcendantaliste et maintiendrait le dualisme classique réalisme/idéalisme qu’il faudrait justement, selon Merleau-Ponty, dépasser. Or, n’est-ce pas la revendication de cette démarche génétique et constructive que Husserl appelle de tous ses vœux au paragraphe 41 des Méditations cartésiennes quand il définit la phénoménologie transcendantale comme un idéalisme transcendantal ? Peut-on concevoir, à l’instar de Merleau-Ponty, la phénoménologie transcendantale en tant qu’elle est non idéaliste, a-constructive et donc non génétique ? Dans la présente contribution nous essaierons de répondre à ces deux questions en suivant deux objectifs. Le premier veut examiner si la phénoménologie transcendantale husserlienne peut être comprise comme une philosophie a-constructive, non idéaliste et concrète (replaçant « les essences dans l’existence »). Le second vise à montrer que cette philosophie a-constructive, non génétique, non-idéaliste et concrète cristallise plutôt une « nouvelle phénoménologie transcendantale » chez Merleau-Ponty qu’il nous reviendra, in fine, de mettre en évidence.

 

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2022, 8 janvier). Prochaine séance du séminaire Phénoménologie et idéalisme transcendantal (15 jan. 2022). EXeCO. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/onds

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search