Prochaine séance du séminaire Esthétique et environnement: Élise Domenach (14 fév. 2022)

 

Prochaine séance : lundi 14 février 2022 17h30-19h

Centre Lourcine, 1 rue de la Glacière, 75013 Paris – salle 13 

 

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : cliquer ici

Le pass sanitaire est requis pour participer à cet événement

 

Elise Domenach (ENS Lyon) 

“Le paradigme Fukushima au cinéma et l’attention pour le monde. Ce que voir veut dire”

 

Qu’est-ce que les films réalisés depuis la triple catastrophe de Fukushima de 2011 (tremblement de terre, tsunami, catastrophe nucléaire) au Japon nous apprennent de ce que le cinéma nous permet d’appréhender et de comprendre du monde abîmé qui nous entoure, et finalement de ce que nous appelons voir au cinéma ? Nous repartirons de ce terrible privilège du medium cinématographique pour exprimer l’état de catastrophe environnementale continuée dans lequel nous sommes plongés (Jennifer Fay) et proposerons un parcours dans un corpus de films réalisés entre 2011 et 2013 au lendemain de la catastrophe, qui se sont affrontés à l’extrême visibilité des ravages provoqués par le tremblement de terre et le tsunami sur la côte du Sanriku, et à l’invisibilité des radiations : de No Man’s Zone de Toshi Fujiwara à Somakanka de Matsubayashi Yojiu ou la trilogie du Tohoku de Hamaguchi Ryusuke et Sakai Ko. Nous verrons comment ces films réactivent un questionnement sur la promesse réaliste du cinéma de nous mettre en présence des événements du monde (de broadcast) en nous les donnant à comprendre, à saisir dans une intelligibilité qu’implique la distance entre le temps de la captation et celui de la projection. Comment les cinéastes qui ont tourné dans le Tohoku se sont accommodés des contraintes de l’ « après coup » documentaire ? Comment ont-ils abordé la spectacularisation de la catastrophe dans les médias, et comment s’en distancient-ils ? Quelles modalités alternatives du « voir » se dégagent de l’attention nouvelle qu’ils nous apprennent à porter au monde et à ce qui nous lie à lui et aux autres ; c’est-à-dire à nos « formes de vie ». Quel rôle jouent la photographie et les photographies filmées dans ce questionnement qu’acheminent les films ? Ceci afin de poser quelques jalons d’une réflexion sur le care pour le monde et les modalités de l’attention (Yves Citton) qui s’inventent dans le cinéma contemporain à partir de ce que j’appelle le « paradigme Fukushima » ; qui tiennent à bonne distance la distraction que l’on attend du cinéma-divertissement, prompt à la spectacularisation de la catastrophe, et cherchent dans l’écoute, dans une attention floue ou corrélée à la lenteur, des modes alternatifs de perception et d’appréhension de ce qui nous lie à ce monde abîmé.

 

Élise Domenach est MCF HDR en études cinématographiques à l’ENS de Lyon, membre titulaire de l’Institut d’Asie Orientale. Agrégée et docteure en philosophie, ses travaux portent sur le scepticisme au cinéma et l’écocritique cinématographique. Elle est l’auteur notamment de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme (PUF, 2011), Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais (Tokyo Univ Press Booklet, 2015), L’écran de nos pensées. Stanley Cavell, la philosophie et le cinéma (dir., 2021) et Le Paradigme Fukushima au cinéma. Ce que voir veut dire (2011-2013) (Mimesis, à paraître en avril 2022). 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search