R. Barbaras, La vie lacunaire (Paris, Vrin, “Problèmes & Controverses”, 2011)

 

Nous avons établi dans notre Introduction à une phénoménologie de la vie que, loin de s’ajouter à la vie que nous partageons avec les autres vivants, la subjectivité devait au contraire être comprise privativement, comme la négation d’une vie qui la déborde toujours et la rapporte à la profondeur du monde : nous avons nommé désir la trace en nous et l’épreuve de cette profusion. Cependant, cette négation ne devient véritablement pensable qu’à la condition de montrer qu’elle n’est pas tant le fait de l’homme que celui de la vie même, qu’elle s’enracine dans une auto-limitation de la vie. Ainsi, la vie recule en nous parce qu’elle est elle-même caractérisée par une lacune fondamentale, dont nous montrerons qu’elle renvoie en dernière instance à l’archi-événement d’une scission et d’une dérive par rapport à cette vie plus originaire encore – vie qui n’est encore la vie d’aucun vivant – qu’est la Vie de la manifestation.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search