Appel à contribution: Wittgenstein et le concept de ‘femme’ (23-24 mars 2023)

 

 

COLLOQUE INTERNATIONAL ET WORKSHOPS

Wittgenstein et le concept de ‘femme’

Perspectives depuis la philosophie du langage ordinaire, l’art et l’histoire

 

23-24 Mars 2023, Université Complutense de Madrid

Organisé par Dr. Jasmin Trächtler, Dr. Isabel G. Gamero, Prof. Sandra Laugier et Camille Braune

 

Sous le titre “Wittgenstein et le concept de ‘femme’. Perspectives depuis la philosophie du langage ordinaire, l’art et l’histoire”, nous voudrions inviter les femmes* philosophes à convoquer la philosophie de Wittgenstein pour mettre en lumière le concept troublé de “femme”, en reliant des perspectives conceptuelles, historiques, artistiques. Il s’agit du troisième évènement de la série de conférences et d’ateliers sur “Wittgenstein et les femmes”, qui vise, d’une part, à rendre la philosophie de Wittgenstein féconde pour la pensée féministe, et, d’autre part, à soutenir la recherche sur Wittgenstein par les femmes.

La conférence a pour but d’élargir et de diversifier la portée de la recherche sur Wittgenstein, de remettre en question la neutralité supposée de la philosophie ainsi que sa tendance à l’androcentrisme, en nous positionnant du point de vue des femmes* wittgensteiniennes. Grâce à ce positionnement, nous espérons obtenir de nouvelles perspectives sur ce que signifie être une “femme”. En tenant compte de la complexité et de la diversité de l’investigation du concept de “femme” et en prenant en considération les récents débats sur le transféminisme, nous voulons combiner des approches (linguistiques-) philosophiques avec des perspectives historiques, artistiques ou esthétiques.

L’idée d’utiliser la philosophie de Wittgenstein pour la pensée féministe est un développement qui a commencé il y a environ trente ans et qui a montré que les écrits de Wittgenstein peuvent être une riche ressource pour la philosophie féministe. Il existe un grand nombre d’ouvrages qui ont repensé la philosophie morale et politique ainsi que les sciences sociales à partir de et avec Wittgenstein, préparant ainsi le terrain pour des tentatives plus récentes de relier la philosophie de Wittgenstein à la théorie féministe (notamment, par exemple, Diamond 1991, Crary et Read 2000, Mouffe 2000, Scheman et O’Connor 2002, Zerilli 2005, Laugier, Provost et Trächtler 2022).

Ces approches alternatives du thème de la conférence seront complétées par un atelier avec des présentations d’étudiantes, où elles pourront présenter leurs idées académiques ou artistiques et leurs travaux en cours. L’atelier sera supervisé par Astrid Wagner (CSIC, Madrid). Vous pouvez en savoir plus sur l’atelier ici.

 

Intervenantes confirmées :

  • Esa Díaz-León (Université de Barcelone)
  • Danièle Moyal-Sharrock (Université du Hertfordshire)

Pour participer à la conférence, veuillez soumettre un résumé de max. 300 mots via ce formulaire ; pour participer aux ateliers, veuillez soumettre via ce formulaire ; pour les deux, veuillez vous inscrire avant le 15 août 2022. Nous vous demandons de respecter notre format de conférencière* et de renoncer à soumettre votre candidature si vous vous identifiez exclusivement comme un homme.

Si vous avez des questions, veuillez vous adresser à Isabel G. Gamero (ig.gamero@filos.ucm.es), Jasmin Trächtler (jasmin.traechtler@tu-dortmund.de) ou Camille Braune (camille.braune@etu.univ- paris1.fr). Pour en savoir plus, consultez notre série “Wittgenstein et les femmes”.

 

Grandes lignes de la conférence

Nous souhaitons discuter des questions soulevées par cette réflexion sur Wittgenstein et le concept de “femme” en liant les perspectives de la philosophie du langage ordinaire, de l’art et de l’histoire.

  • La philosophie du langage ordinaire

Dans le Blue Book, Wittgenstein met en cause notre “soif de généralité”, qu’il définit comme “la tendance à chercher quelque chose de commun à toutes les entités que nous subsumons communément sous un terme général” (BB : 17). À partir de ce postulat, la philosophie du langage ordinaire se définit comme une attention particulière aux usages et aux pratiques de la vie ordinaire, et à la manière dont ces usages et ces pratiques sont exprimés, et recomposés, dans et par le langage. Les théories féministes ont montré que la philosophie du langage ordinaire est féconde pour une nouvelle conception de l’éthique marquant “la nécessité de faire entendre la voix des femmes dans la conversation humaine ordinaire” (Laugier 2022). Si, dans une perspective wittgensteinienne, nous considérons le concept de “femme” dans ses différents usages, nous aimerions observer ce qu’ils incluent et excluent, sans nécessairement succomber à l’idée que le terme est essentiellement exclusif. Nous aimerions reposer la question formulée par Toril Moi en 1999: Qu’est-ce qu’une femme ? en considérant les perspectives que cette question soulève aujourd’hui, notamment dans les débats sur le genre trans-, inter- et non-binaire.

  • Art

Pour répondre à la question de savoir ce que signifie être une “femme”, nous voulons ouvrir des intersections entre les études “purement philosophiques” et artistiques, en suivant le travail de Stanley Cavell. Dans Contesting Tears, il explore la figure de la femme inconnue dans le cinéma classique hollywoodien. Son travail sur les luttes et les difficultés des femmes dans les tragédies de Shakespeare lui sert à revoir le problème philosophique du scepticisme. Comment une femme peut être connue, écoutée ou crue est l’une des questions clés de l’œuvre de Cavell qui rejoint d’ailleurs des questions actuelles de la philosophie comme la justice épistémique, que nous ne voulons pas laisser de côté dans cette conférence. Dans la même veine et dans une intention interdisciplinaire, nous aimerions explorer les œuvres artistiques qui ont été inspirées par Wittgenstein, comme les romans de Thomas Bernhard, les films de Derek Jarman ou les peintures de Luis Felipe Noé ; et nous demander si les artistes féminines ont été inspirées par ce philosophe et comment leur travail peut contribuer à répondre à nos questions.

  • Histoire

En ouvrant le thème de la conférence à une perspective historique, nous aimerions nous concentrer sur les positions philosophiques, les situations et les perspectives des femmes qui ont vécu et travaillé dans l’environnement historique et philosophique de Wittgenstein. Emblématique est le Quatuor d’Oxford, composé d’Elizabeth Anscombe, Philippa Foot, Mary Midgley et Iris Murdoch, qui se sont opposées à une philosophie abstraite, dominée par les hommes et détachée de la vie. D’autres femmes philosophes, aujourd’hui largement marginalisées, ont été directement ou indirectement influencées par la philosophie de Wittgenstein et ont apporté des contributions originales à la philosophie analytique. Il s’agit notamment des philosophes de Cambridge Susan Stebbing, Alice Ambrose, Margaret Masterman et Helen Knight, ces trois dernières faisant partie du groupe d’étudiants à qui Wittgenstein dictait son Blue Book et qui ont écrit sur la logique, la philosophie du langage et l’esthétique. Il convient de mentionner Susanne K. Langer, philosophe américaine influencée par le Tractatus de Wittgenstein, qui a développé une conception globale de la logique en tant qu’étude des symboles, tout en abordant les figures féminines mythiques ainsi que les symboles spécifiquement féminins. En incluant ces premières femmes philosophes analytiques, nous aimerions ouvrir la voie à une philosophie allant au-delà de la philosophie analytique dominante.

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2022, 12 juillet). Appel à contribution: Wittgenstein et le concept de ‘femme’ (23-24 mars 2023). EXeCO. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/onfa

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search