Soutenance de Mickaëlle Provost: L’expérience de l’oppression: une perspective phénoménologique (9 sept. 2022)

 

Cher.e.s collègues, cher.e.s ami.e.s,

 

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat en philosophie intitulée :

“L’expérience de l’oppression : une perspective phénoménologique”

réalisée sous la direction de Sandra Laugier et de Marie Garrau (ISJPS,  Paris 1 Panthéon-Sorbonne). La soutenance aura lieu le vendredi 9 septembre 2022 à 9h, salle A701 du centre Broca (21 rue Broca, 75005 Paris) et sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié.es. Merci de bien vouloir prévenir de votre présence afin d’en faciliter l’organisation (Mickaelle.Provost@univ-paris1.fr). 

 

Composition du jury :

  • Hourya Bentouhami, Maîtresse de conférences en philosophie, Université Toulouse II – Jean-Jaurès
  • Magali Bessone, Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Natalie Depraz, Professeure de philosophie, Université de Rouen, rapporteure
  • Penelope Deutscher, Professor of Philosophy, Northwestern University
  • Emmanuel Renault, Professeur de philosophie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, rapporteur
  • Sandra Laugier, Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne directrice de la thèse
  • Marie Garrau, Maîtresse de conférences en philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, co-directrice de la thèse

 

Résumé

“L’expérience de l’oppression : une perspective phénoménologique”

Cette recherche problématise l’expérience de l’oppression à partir d’une double approche de phénoménologie et de philosophie sociale. Elle propose une réflexion descriptive et normative sur ce que signifie spécifiquement l’oppression, sous l’angle de l’expérience qu’elle constitue. Quels effets subjectifs, intersubjectifs ou corporels suscitent les situations objectives d’oppression (notamment sexistes et racistes) et comment appréhender philosophiquement les modalités que prennent les vécus d’oppression (par exemple, dans le rapport à la temporalité, à l’espace ou aux autres) ? Pour répondre à ces enjeux, nous proposons une étude phénoménologique des œuvres de Simone de Beauvoir et de Frantz Fanon, afin de les inscrire au sein de l’histoire plus longue de la phénoménologie et de l’histoire transnationale de l’existentialisme noir. Il s’agit aussi d’éclairer ces textes à l’aune des prolongements contemporains dont ils ont fait l’objet, notamment dans le champ de la philosophie sociale/politique et de la phénoménologie critique.

La perspective travaillée prend aux sérieux les enjeux conceptuels, épistémologiques et méthodologiques que suscite une analyse phénoménologique et politique de l’oppression. Le point de départ de notre recherche est une interrogation conceptuelle sur « l’expérience », la « conscience », le « corps » ou « l’intersubjectivité », lorsque ces notions sont déplacées à des situations d’oppression, ce qui invite à souligner les déplacements méthodologiques et descriptifs réalisés par Beauvoir et Fanon dans leur rapport à la phénoménologie sartrienne ou merleau-pontienne. Notre recherche s’enrichit également d’une ambition normative en proposant une théorie de l’oppression adossée à une description des expériences négatives. L’objectif est à la fois de repérer les obstacles ou impasses qui rendent difficiles la politisation du vécu d’oppression et d’élucider les possibilités émancipatrices qui se situent au cœur des expériences d’oppression. Cette étude a donc pour horizon une réflexion sur les possibilités, immanentes à l’expérience de l’oppression, d’ouvrir la voie à des formes de résistance et elle entend dessiner une phénoménologie des expériences collectives d’émancipation. Notre objectif est ainsi de contribuer à une meilleure compréhension des figures contemporaines de l’oppression : celles qui sont les plus invisibilisées et celles qui sont les plus douloureuses pour les sujets politiques et sociaux.

Mots-clés : oppression ; expérience vécue ; phénoménologie critique ; féminisme ; résistance ; existentialisme noir ; corporéité

 

Abstract

“The Experience of Oppression: A Phenomenological Perspective”

This research interrogates the experience of oppression from a dual approach of phenomenology and social philosophy. It proposes a descriptive and normative reflection on what oppression specifically means, from the perspective of the experience it constitutes. What subjective, intersubjective or bodily effects do objective situations of oppression (particularly sexist and racist ones) have and how can we philosophically analyze the modalities of the experiences of oppression (for instance, in the relationship to temporality, to space or to others)? To address these issues, we propose a phenomenological study of the writings of Simone de Beauvoir and Frantz Fanon, in order to situate them within the longer history of phenomenology and the transnational history of Black Existentialism. The aim is also to shed light on these texts through the lens of the contemporary extensions they have given rise, particularly in the fields of social/political philosophy and in the field of critical phenomenology.

The perspective we are working on takes seriously the conceptual, epistemological and methodological issues raised by a phenomenological and political analysis of oppression. The starting point of our research is a conceptual interrogation of “experience”, “consciousness”, “body” or “intersubjectivity”, when these concepts are displaced to situations of oppression. This invites us to underline the methodological and descriptive displacements made by Beauvoir and Fanon in their relationship to Sartrean or Merleau-Pontian phenomenology. Our research is also enriched by a normative ambition by proposing a theory of oppression based on a description of negative experiences. The aim is both to identify the obstacles or impasses that make it difficult to politicise the experience of oppression, and to elucidate the emancipatory possibilities that lie at the heart of experiences of oppression. The aim of this study is therefore to reflect on the possibilities inherent in the experience of oppression to open the way to forms of resistance, and to outline a phenomenology of collective experiences of emancipation. Our aim is thus to contribute to a better understanding of contemporary figures of oppression: those that are the most invisible and those that are the most painful for political and social subjects.

Keywords: oppression ; lived experience ; critical phenomenology ; feminism ; resistance ; black existentialism ; corporeity

 

 



Citer ce billet
Pierre Fasula (2022, 1 septembre). Soutenance de Mickaëlle Provost: L’expérience de l’oppression: une perspective phénoménologique (9 sept. 2022). EXeCO. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/onfc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search