Soutenance de Ivory Day: “L’ontologie au subjectif” (26 sept. 2022)

 

J’ai le plaisir de vous inviter à ma soutenance de thèse de doctorat en philosophie intitulée :

« L’ontologie au subjonctif »

réalisée sous la direction de Jocelyn Benoist au Centre de philosophie contemporaine de l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne. La soutenance aura lieu le 26 septembre à 14h dans la salle A701 au centre Broca de l’université Paris 1, 21 Rue Broca, 75005 Paris et sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié.es (ivoryday@gmail.com). 

 

Le jury sera composé de :

  • Jocelyn Benoist, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mark Crépon, Directeur de Recherches au CNRS Archives Husserl (ENS)
  • André Charrak, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Anne Abeillé, Professeure à l’Université Paris Cité
  • Mme. Emily Apter, Professeure à New York University

 

Résumé de la thèse

Cette thèse explore les intuitions grammaticales à partir desquelles, d’un côté Henri Bergson et Maurice Merleau-Ponty, et de l’autre W.V. O. Quine, ainsi que d’autres philosophes analytiques, créent leurs philosophies, chacun à sa manière. Nous proposons donc que de nombreuses expériences, même intuitives, soient langagières et que la langue que l’on parle fasse partie de nos expériences ou de notre manière de vivre.

Nous avançons que la philosophie de Bergson et de Merleau-Ponty éclose des intuitions compressées dans le verbe au subjonctif, dégageant le sentier vers un entre-deux au dualisme. Bergson pose une force animée primordiale à l’acte qui fait écho à l’ordre psychologique, émotionnel, volitif et intentionnel, s’entrelaçant dans la possibilité, la virtualité et l’ambiguïté de l’acte au subjonctif. Merleau-Ponty fera de même mais fixera son regard sur les emplois du présent du subjonctif, ce qui aura pour résultat d’exhumer dans le présent du subjonctif, non seulement une alternative à l’indicatif du Je gérant la présence de la tradition cartésienne, mais aussi le moyen de conjuguer tous les temps phénoménaux au subjonctif.

En revanche, puisqu’en anglais être à l’indicatif relié à la chose prime, nous tenons que la majorité des complexités des intuitions grammaticales francophones du subjonctif ne saurait se traduire vers les expériences langagières intuitives auxquelles Quine et les autres philosophes analytiques font appel. Tout se passe comme si le dualisme que le mode subjonctif français permet de dépasser était plus fermement ancré dans la langue anglaise, y créant une fissure stable entre subjectivité et objectivité.

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search